Enquête en Belgique

21 août 2012 13:58; Act: 21.08.2012 14:24 Print

Un cousin d'Eden Hazard accusé de viol

Deux jeunes footballeurs belges, dont l'un est membre de la famille du joueur de Chelsea, sont soupçonnés d'avoir abusé d'une adolescente de 15 ans à Nîmes, selon la presse belge.

  • par e-mail

Quentin Vanderbecq, joueur de 19 ans Sporting Charleroi et cousin d'Eden Hzaard, ainsi qu'un autre footballeur, mineur, ont été placés sous contrôle judiciaire par un juge d'instruction de Nîmes après qu'une plainte pour viol ait été déposée. Selon La Capitale, les faits remontent au mois de juillet, au moment où les deux jeunes Belges font la rencontre d'une jeune femme dans un camping d'Aigues-Mortes, dans le sud de la France.

«Le jeu de séduction était déjà bien lancé, assure Khadija Aoudia, avocate de Quentin Vanderbecq, citée par le quotidien belge. Ce soir là, ils se sont donc retrouvés à une soirée de vacances normale. Alcoolisée, donc. Jusqu'à ce qu'ils s'éloignent pour des jeux coquins. Il y a eu des attouchements. Il n'y a pas eu de rapports sexuels.» Une version des faits qui ne semble pas être celui de la victime présumée, cette dernière ayant porté plainte pour viol au lendemain de cette soirée.

«Une banale histoire de vacances»

«Tous deux ont été interpellés et placés en garde à vue. La jeune fille clame ne pas avoir été consentante pour leurs jeux. Et comme une fellation a eu lieu, les faits sont qualifiés de viol. Une accusation que mon client et son ami nient. Selon eux, tout était consenti. Cette version, ils l'ont maintenue pendant toute le garde à vue», assure Me Aoudia. Relâchés, les deux jeunes hommes ont pu regagner la Belgique mais reste sous contrôle judiciaire.

Pour la famille de Quentin Vanderbecq, citée par le site 7sur7, toute cette affaire ne serait rien d'autre «qu'une banale histoire de vacances qui a pris de l'ampleur avec notre nom de famille». Le père de Quentin assure ainsi attendre «un mois ou deux ce que la justice française en dira. En espérant que l'affaire n'ait pas porté dommage aux carrières futures des jeunes.»

(L'essentiel Online)