«Serge, condamné à mort»

12 octobre 2017 11:52; Act: 12.10.2017 12:47 Print

«France 3» va diffuser un «docu» sur Serge Atlaoui

METZ/JAKARTA - La réalisatrice Christine Tournadre s'intéresse depuis dix ans au destin hors norme du Messin, dans le couloir de la mort d'une prison indonésienne.

storybild

Sabine Atlaoui se bat pour infléchir la décision de la justice indonésienne, qui a condamné son mari Serge à la peine de mort en 2007 pour trafic de drogue. (photo: AFP/bay Ismoyo)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Arrêté en 2005 en Indonésie alors qu’il installait des machines dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique - et qui était en réalité un laboratoire clandestin de fabrication d'ecstasy -, le Messin Serge Atlaoui a été condamné à mort en 2007 pour trafic de drogue. Il a échappé in extremis à l’exécution en mai 2015, après que son nom a été retiré au dernier moment de la liste des condamnés.

Depuis cette date, le Lorrain se trouve dans le couloir de la mort d'une prison indonésienne et son avenir s'écrit toujours en pointillés. L'histoire de Serge Atlaoui et de son épouse, Sabine, qui continue de se battre pour parvenir à le faire libérer, a inspiré Christine Tournadre. La réalisatrice a suivi le couple pendant dix ans, en France et en Indonésie, dans son combat contre la peine capitale.

Yasin, 10 ans, enfant de Sabine et Serge

Son documentaire «Serge, condamné à mort» sera diffusé sur France 3, le jeudi 2 novembre, à 23h25. La réalisatrice explique avoir été «happée» par l'histoire de Sabine et Serge Atlaoui. «Très vite, j'ai accepté d'être quelqu'un qui milite aussi», a-t-elle indiqué sur le site franceinter.fr. Le documentaire de Christine Tournadre raconte en particulier le combat sans relâche mené par l'épouse du Messin en faveur de l'abolition de la peine de mort.

Il retrace également les rares moments d'intimité que le couple a réussi à glaner pendant les dix années de réclusion du Lorrain. Il évoque aussi l'enfant de Sabine et Serge, Yasin, qui a fêté ses dix ans le mardi 10 octobre, journée mondiale contre la peine de mort.

(pp/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • alexandre duflos le 12.10.2017 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont énormément de courage tous les deux .Se battre pendant des années pour la libération ,bravo. Faire subire cela à une personne n'est pas digne d'un pays civilisé.

  • has6 le 12.10.2017 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci nico.....

  • nico le 12.10.2017 15:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il A joué il a perdu..

Les derniers commentaires

  • cocou le 12.10.2017 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cette personne pensait qu'il aller pas être pris, maintenant qu'il assume

  • has6 le 12.10.2017 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci nico.....

  • nico le 12.10.2017 15:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il A joué il a perdu..

  • alexandre duflos le 12.10.2017 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont énormément de courage tous les deux .Se battre pendant des années pour la libération ,bravo. Faire subire cela à une personne n'est pas digne d'un pays civilisé.

    • Mike le 12.10.2017 16:58 Report dénoncer ce commentaire

      Chaque pays a ses lois, et ses règles, quand on va dans certains pays il ne faut pas jouer avec le feu.