En France

15 février 2017 16:03; Act: 15.02.2017 16:30 Print

Le burn out de nouveau sur le bureau des députés

Le burn out que des députés souhaitent voir mieux reconnu, n'est pas défini médicalement mais il recouvre des situations de souffrance psychique bien réelles.

  • par e-mail
Sur ce sujet

«C'est un concept mal cerné qui ne figure dans aucune classification des troubles mentaux ou de maladies et donne lieu à toutes les approximations possibles», dit le psychiatre Patrick Légeron, co-auteur d'un rapport sur le sujet pour l'Académie de médecine en 2016 et pionnier des pathologies du stress liées au travail. «Or, comment reconnaître en maladie professionnelle quelque chose qui n'est pas reconnu comme maladie? En revanche, on peut reconnaître des pathologies mentales comme maladies professionnelles», ajoute-t-il. Le Dr Légeron évoque de nombreux patients «en dépression par épuisement occasionné par le travail» qui viennent le consulter à l'hôpital Sainte-Anne à Paris.

Et il déplore «le retard» de la France en matière de prévention et de prise en charge, comparé aux pays d'Europe du Nord, la Suède et le Danemark notamment. «La souffrance psychique au travail est une réalité grandissante dans notre pays «, confirme Gérard Sebaoun, député PS du Val-d'Oise, et médecin, rapporteur d'une mission d'information sur le sujet qui reconnaît «les difficultés encore à prendre en compte cette nouvelle souffrance psychique et notamment à la prévenir». Si le mot burn out est passé dans le langage courant, on ignore cependant le nombre précis de travailleurs touchés, «des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de personnes», selon M. Sebaoun. En 2015, l'Institut de veille sanitaire (Invs) devenu Santé Publique France, le chiffrait à 30 000 en se basant sur des données recueillies entre 2007 et 2012, soit 7% des 480 000 pathologies mentales liées au travail.

Facture économique

Le cabinet Technologia, spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux (RPS) avait estimé en 2014 à «environ trois millions» le nombre d'actifs «exposés à un risque élevé d'épuisement professionnel». Pour remédier au problème, son directeur, Jean-Claude Delgènes, réclame «des statistiques précises, une traçabilité et du dialogue dans les entreprises». «Aujourd'hui, déplore-t-il, le système est bancal car dès qu'il y a une maladie avec forte présomption d'imputation professionnelle, elle n'est pas reconnue comme telle. On considère qu'il s'agit d'une fragilité individuelle. On n'en parle pas dans l'entreprise, on ne recherche pas les causes» et la prise en charge des soins «est du ressort du régime général de l'assurance maladie», explique-t-il. Son coût économique et social est «astronomique» pour la collectivité, rappelle la mission parlementaire. L'organisation internationale du travail (OIT) chiffrait en 2012 entre 3 et 4% du PIB des pays industrialisés, le coût des effets négatifs du stress, «dont le burn out est l'ultime phase», dit le Dr Légeron.

Comme d'autres professionnels, M. Delgènes réclame l'abaissement du «taux d'incapacité permanente partielle» (IPP), seul critère qui permet aujourd'hui de voir un dossier de burn out pris en compte par les commissions chargées de reconnaitre les maladies professionnelles. Il est actuellement de 25% «et la très grande majorité des dossiers sont écartés d'office». Les députés proposent 10%, voire sa suppression à terme. Si le burn out est reconnu comme maladie professionelle, ce que souhaite le candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, les entreprises devront financer sa prise en charge, au titre du régime d'indemnisation des personnes victimes d'accidents du travail et de maladies professionnelles (AT-MP). Le Dr Légeron suggère aussi de «faire payer aux entreprises les dégâts qu'elles occasionnent sur la santé de leurs salariés». Il évoque les Etats-Unis: «Les mutuelles, qui en avaient marre de payer plein pot les dégâts de troubles musculo-squelettiques (TMS), ont appliqué un bonus-malus aux entreprises qui ont dû cotiser plus. Résultat: les TMS ont chuté d'un seul coup». Outre les contraintes légales qui pèsent aussi sur l'employeur qui négligerait la santé physique et mentale de ses salariés, il propose des mesures «incitatives» basées sur les modèles en matière d'environnement: une défiscalisation et une labellisation pour les entreprises modèles.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • shooter le 15.02.2017 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au Luxembourg on ne veut pas en entendre parler. Cela existe pas chez nous. et c'est bien triste car quand on voit le comportement de certaines entreprises, communes et patrons... ela fait froid dans le dos.

  • Pas de miracle le 15.02.2017 22:10 Report dénoncer ce commentaire

    Les français sont surprenants ... en 2002, ils passent aux 35h et du coup augmentent de 11% les couts salariaux et font dégringoler fortement leur compétitivité, malgré que la France était déjà en difficulté. Après ils s'étonnent d'avoir autant de gens, hélas, hyper surmenés ... Mais 11% de perte de compétitivité alors cela signifie 11% de gain de productivité sinon c'est la clé sous la porte pour l'entreprise ou alors la délocalisation. Il n'y a pas de miracle, sauf les tours de magie des politiciens illusionistes.

  • Camil le 16.02.2017 07:37 Report dénoncer ce commentaire

    Le burn quoi..?

Les derniers commentaires

  • Camil le 16.02.2017 07:37 Report dénoncer ce commentaire

    Le burn quoi..?

  • Pas de miracle le 15.02.2017 22:10 Report dénoncer ce commentaire

    Les français sont surprenants ... en 2002, ils passent aux 35h et du coup augmentent de 11% les couts salariaux et font dégringoler fortement leur compétitivité, malgré que la France était déjà en difficulté. Après ils s'étonnent d'avoir autant de gens, hélas, hyper surmenés ... Mais 11% de perte de compétitivité alors cela signifie 11% de gain de productivité sinon c'est la clé sous la porte pour l'entreprise ou alors la délocalisation. Il n'y a pas de miracle, sauf les tours de magie des politiciens illusionistes.

    • Albert Jacobs le 16.02.2017 08:35 Report dénoncer ce commentaire

      Les 35 heures ont peut-être été une erreur, mais c'est d'abord parce qu'on a laissé les patrons utiliser toue les prétextes pour les contourner.

  • shooter le 15.02.2017 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au Luxembourg on ne veut pas en entendre parler. Cela existe pas chez nous. et c'est bien triste car quand on voit le comportement de certaines entreprises, communes et patrons... ela fait froid dans le dos.

    • Jean DANIEL le 16.02.2017 08:37 Report dénoncer ce commentaire

      Les patrons ont les coudées franches au Grand Duché. Tant qu'on ne remet pas en cause les interets de la classe dirigente, peu importe la santé des salariés.