Intempéries en France

15 octobre 2018 07:09; Act: 15.10.2018 11:07 Print

Les orages ont fait six morts dans l'Aude

Six personnes sont décédées, suite aux pluies violentes qui se sont déclenchées lundi, dans l'Aude, département placé en vigilance rouge.

Sur ce sujet
Une faute?

Six personnes ont perdu la vie dans des pluies violentes et inondations qui se sont abattues dans la nuit de dimanche à lundi, dans le sud de la France, où localement la crue a atteint un niveau sans précédent depuis 1891, provoquant aussi des dégâts impressionnants. Ces trombes d'eau ont fait six victimes, dont une religieuse «emportée par l'eau», a précisé le préfet du département de l'Aude (sud), Alain Thirion. «Une personne au moins a été emportée dans son sommeil, (pour) les autres, les conditions ne sont pas tout à fait complètement établies à ce stade», a ajouté le préfet sur la chaîne BFMTV.

Par ailleurs, une personne a été blessée dans «l'effondrement d'une maison» et transportée à l'hôpital, a-t-il précisé. Le niveau atteint lundi matin par la crue dans la ville de Trèbes, dans la vallée de l'Aude, est sans précédent depuis 1891, c'est-à-dire «pas loin de 7 mètres», a indiqué à l'AFP le service Vigicrues. Avec plus de 250 interventions des pompiers dans la nuit, l'Aude a été particulièrement touchée par l'épisode orageux. En l'espace de 5 heures, «entre 160 et 180 mm d'eau sont tombés sur l'agglomération de Carcassonne», selon le préfet. «On continue à avoir un certain nombre d'informations qui nous remontent, donc ce bilan risque d'évoluer», a-t-il dit, alors que dans les communes les plus touchées, «l'accès des secours est quasiment impossible». «On va envoyer dans un certain nombre de cas des hélicoptères (...) «les premiers hélicoptères ont décollé», a indiqué le préfet en début de matinée.

«Situation préoccupante»

Selon le ministère français de l’Intérieur, des renforts de sécurité civile sont aussi en cours d'acheminement. Dans le nord du département d l'Aude, une quinzaine de localités sont dans «une situation délicate», et six dans une «situation préoccupante», selon le préfet. Au nord de Carcassonne, toutes les routes sont coupées, selon les autorités. Dans cette zone, les écoles ont été fermées. Les autorités locales ont demandé aux habitants de rester chez eux. Dans plusieurs communes, les niveaux sont supérieurs à deux mètres d'eau. L'eau est montée de 8 mètres en 5 heures à Trèbes et la crue pourrait atteindre 10 mètres en milieu de journée. «Il faut à tout prix éviter de prendre son véhicule et d'aller sur la route», a asséné le préfet Alain Thirion, rappelant que la plupart des routes étaient coupées et l'autoroute, «dans une situation délicate». Selon l'institut météorologique national Météo France, la vallée centrale de l'Aude connaît «une crue de grande ampleur» en raison des «apports très conséquents reçus depuis les affluents de la Montagne noire» qui devaient se poursuivre «jusqu'en matinée».

«C'est ce qu'on appelle un épisode cévenol, ou épisode méditerranéen intense», explique Vigicrues, avec «la concomitance d'une mer chaude en fin d'été, de remontées d'air chaud et assez humide du sud qui traverse la Méditerranée et vient buter sur les reliefs du Massif central et de la Montagne noire». Outre l'Aude, six autres départements du Sud étaient en vigilance orange lundi matin. En Espagne voisine, la tempête Leslie a frappé dimanche, avec moins d'intensité que prévu. La ville de Zamora (ouest) a enregistré des rafales de 100 km/h et des chutes d'arbres ont provoqué des coupures de courant affectant quelque 400 personnes. Initialement un ouragan, Leslie errait sur l'océan Atlantique depuis le 23 septembre, et s'était transformé en tempête post-tropicale à son arrivée sur les côtes portugaises, dans la nuit de samedi à dimanche. Des vents records de 176 km/h, arrachant des arbres et privant provisoirement d'électricité des centaines de milliers de personnes, avaient été enregistrés au Portugal.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Paul Dugan le 15.10.2018 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    En revanche ici , il va falloir attendre la mousson de fin mai.

  • raz le bol!! le 15.10.2018 09:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela ne peut arriver dans '''le grand est '''pourvue que cela continue. '' super bon ''

Les derniers commentaires

  • Paul Dugan le 15.10.2018 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    En revanche ici , il va falloir attendre la mousson de fin mai.

  • raz le bol!! le 15.10.2018 09:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela ne peut arriver dans '''le grand est '''pourvue que cela continue. '' super bon ''

    • Jo Burns le 15.10.2018 10:49 Report dénoncer ce commentaire

      D'un autre côté, ils avaient prévu d'augmenter le prix de d'eau.