Château de Chambord

16 décembre 2017 13:05; Act: 16.12.2017 13:05 Print

Pour ses 40 ans, Macron s'offre un week-​​end royal

Le président français fête ce week-end ses 40 ans près du château de Chambord, un symbole délicat pour un chef d'État souvent décrié comme «le président des riches».

storybild

Le roi François Ier a vécu dans le château de Chambord. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Emmanuel Macron, qui aura 40 ans jeudi, fêtera son anniversaire samedi soir dans un salon du château, un des plus beaux joyaux architecturaux de la Loire, a indiqué le quotidien local La Nouvelle République. Les services de la présidence française ont simplement confirmé que «le président et son épouse (Brigitte) passent le week-end à titre privé dans le Loir-et-Cher, à proximité du château» de Chambord, «sur les deniers personnels du président de la République».

Selon plusieurs médias, Emmanuel Macron réside à la Maison des réfractaires, ancienne maison forestière située «au cœur du domaine royal, à quelques mètres du château», selon son site Internet. Cette demeure abrite dorénavant plusieurs gîtes 4 étoiles qu'on peut louer pour le prix de 800 à 1000 euros pour un week-end.

Président «des riches»

Le château de Chambord est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco et reçoit près d'un million de visiteurs par an. Il a été construit il y a près de cinq siècles sur un caprice du roi François Ier (1494-1547). Le président Macron est très attaché aux symboles depuis le début du quinquennat, entamé le soir de son élection avec une mise en scène théâtrale au pied de la Pyramide du Louvre à Paris, aux accents monarchiques selon ses détracteurs.

Emmanuel Macron a dit vouloir redonner au président de la République un statut à part, le comparant à Jupiter, roi des dieux dans la mythologie romaine, dans le sens où il prend du recul et de la hauteur, en opposition à un président «normal, comme les autres», avait-il expliqué en octobre 2016, avant son élection, dans le magazine Challenges. Le terme de «jupitérien» est dorénavant régulièrement utilisé par les opposants au chef d'État pour le qualifier de président «des riches», déconnecté des moins nantis.

(L'essentiel/AFP)