Enlèvement à Nice

25 octobre 2016 12:47; Act: 25.10.2016 15:33 Print

Les ravisseurs contactent le fils de la victime

Les kidnappeurs de Jacqueline Veyrac, la femme d'affaires enlevée lundi à Nice, ont pris contact avec le fils de la victime, mais aucune rançon n'a été demandée.

Sur ce sujet

La police était toujours à la recherche mardi de la patronne d'un palace de Cannes, kidnappée la veille près de son domicile à Nice et déjà victime d'une tentative d'enlèvement non élucidée il y a trois ans. Une enquête a été ouverte pour «enlèvement et séquestration en bande organisée» et «association de malfaiteurs». Aucune piste n'est exclue par la police judiciaire de Nice. «On en est au stade où il n'y a pas d'information», a-t-on indiqué de source proche du dossier. La victime, Jacqueline Veyrac, dont l'identité a été révélée plusieurs heures après son enlèvement lundi midi, est âgée de 76 ans. Veuve depuis quelques années, elle est, avec son fils, à la tête du Grand Hôtel de Cannes, un palace cinq étoiles proche des palmiers de la Croisette et d'un restaurant gastronomique coté de Nice, La Réserve, près du port. Les enquêteurs disposent pour l'instant d'un seul élément: le 4x4 noir qu'elle conduisait quand elle a été enlevée et qui a été saisi.

Des recherches de la police technique sont en cours, notamment pour tenter d'y retrouver des empreintes laissés par les ravisseurs ou des indices. L'enlèvement s'est déroulé comme dans un film. Selon la scène décrite par des témoins et rapportée par le procureur Jean-Michel Prêtre, Mme Veyrac était à bord de sa voiture, près de chez elle, dans un quartier passant de Nice. Soudain, des individus surgissent, l'empoignent en lui cachant le visage et l'embarquent sous la contrainte à bord d'un véhicule utilitaire qui démarre aussitôt. «Une dame de cet âge enlevée dans ces conditions, nous sommes tous très inquiets», a indiqué le procureur de la République. «La famille est particulièrement affectée et n'entend pas faire de déclarations à ce stade. Trop de commentaires ont déjà été faits et je ne veux pas mettre ma cliente en danger», a indiqué Sophie Jonquet, avocate de la famille Veyrac. Selon le quotidien 20 Minutes, les ravisseurs auraient pris contact peu après l'enlèvement avec le fils de Mme Veyrac, Gérard, 44 ans, une information non confirmée dans l'immédiat.

Déjà victime d'une tentative d'enlèvement

L'élégante dirigeante hôtelière avait déjà été victime en 2013 d'une tentative d'enlèvement au même endroit, sans que la police ait pu déterminer qui lui en voulait, ni pour quels motifs. Au restaurant La Réserve, mardi, le personnel vaquait à ses tâches. «Navré, on a reçu des consignes de ne rien dire», a indiqué un responsable. Au Grand Hôtel à Cannes, le personnel avait également ordre de se taire . «On ne fait pas de commentaire sur ce malheureux fait. C'est une affaire personnelle des propriétaires», a-t-on indiqué. L'établissement, acquis et rebâti en 1963 par la famille Veyrac, est l'un des cinq fleurons de l'hôtellerie cannoise. Il jouit d'une position géographique incomparable, à quelques minutes du palais des Festivals. Ses jardins idylliques donnent directement sur le boulevard de la Croisette avec une vue imprenable et sans vis-à-vis sur la mer. Jacqueline Veyrac «n'avait pas une présence très importante dans les affaires de l'hôtel» selon Michel Chevillon, le président du syndicat des hôteliers de Cannes.

«Elle y était de temps en temps par la force des choses», dit-il, comme lors de la fête grandiose donnée pour les 50 ans de l'établissement en 2013. Selon lui, Mme Veyrac est une dame comme on n'en fait plus: «Elle sait recevoir sans être une mondaine. Elle a toujours donné une image très positive d'elle et de sa famille. C'est une femme très bien de sa personne, très dynamique, très jeune d'esprit, très gentille et sympathique et qui tient sa place. Elle passe très bien avec les gens, et n'a pas du tout la vie d'une personne âgée». «Au-delà d'être propriétaire d'un hôtel, c'est une famille très sympathique, des gens très abordables qui à ma connaissance sont proches de leur hôtel, de leurs collaborateurs et de la vie professionnelle des Cannois», ajoute ce responsable.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 26.10.2016 07:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est tout simplement inadmissible. J'espère que la peine sera exemplaire si on les retrouve. ....

  • NDYE le 25.10.2016 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    Et tout cela en état d'urgence et vigipirate au + haut niveau ! Pareil pour les cambriolages de bijouteries à Paris

  • Jean le 25.10.2016 21:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Déjà avec tous ces policiers sollicité pour Calais plus çà , plus çà , bien sûr ils ne peuvent pas être partout ! ! !

Les derniers commentaires

  • Grand Maître le 26.10.2016 07:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est tout simplement inadmissible. J'espère que la peine sera exemplaire si on les retrouve. ....

  • Jean le 25.10.2016 21:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Déjà avec tous ces policiers sollicité pour Calais plus çà , plus çà , bien sûr ils ne peuvent pas être partout ! ! !

  • NDYE le 25.10.2016 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    Et tout cela en état d'urgence et vigipirate au + haut niveau ! Pareil pour les cambriolages de bijouteries à Paris

    • basta le 25.10.2016 18:13 Report dénoncer ce commentaire

      Et alors ? vous connaissez un pays où il y a un policier derrière chaque citoyen ?

    • Etonnant le 25.10.2016 21:43 Report dénoncer ce commentaire

      Et vous oubliez la flopée de caméras de vidéo surveillance de la ville. La sécurité à Nice semble de plus en plus problématique et c'est dommage pour une si belle ville qui y a pourtant tant investi.