07 janvier 2015 12:00; Act: 07.01.2015 18:48 Print

Les deux hommes criaient «Allah akbar» en tirant

Le siège du journal satirique français a été visé par une attaque à la kalachnikov et au lance-roquettes, ce mercredi. Les assaillants ont pris la fuite. Douze personnes ont perdu la vie.

Voir le diaporama en grand »

Les images des assaillants.

Mise à jour automatique
Direct assuré par:
Fatima Rougi
19:06
0
Merci d'avoir suivi ce live.
19:00
0
Un membre de l'EI se félicite de l'attentat

Un combattant du groupe djihadiste Etat islamique (EI) s'est félicité mercredi de la fusillade meurtrière. Il a déclaré que cet attentat visait à venger les insultes lancées contre l'islam. «Les lions de l'islam ont vengé notre prophète», a déclaré le Syrien Abou Moussab, dont l'organisation a conquis de vastes territoires de l'est de la Syrie et du nord-ouest de l'Irak. «Ce sont nos lions. Il s'agit des premières gouttes. D'autres suivront», a-t-il dit, s'exprimant via une connexion Internet en Syrie. Il a ajouté que lui-même et ses compagnons de lutte se réjouissaient de cette attaque. «Que les croisés aient peur, car ils le méritent», a-t-il continué. Abou Moussab a dit ne pas connaître ceux qui ont perpétré l'attaque. Il a ajouté qu'«ils sont sur la voie de l'émir (...) et de notre cheikh Oussama (ben Laden)». En parlant d'émir, il faisait allusion au chef de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi.
18:36
0
Une centaine de personnes réunies à Luxembourg-Ville

Un rassemblement en solidarité à Charlie Hebdo se tient depuis 18h devant le Bistrot de la presse à Luxembourg-Ville. Une centaine de personnes sont présentes dont des ministres (François Bausch et Corinne Cahen), des députés et des journalistes.
18:33
0
Charb figurait en 2013 sur une liste de cibles publiée par Al Qaïda

Le portrait du dessinateur figurait, avec huit autres, dans une liste de «Recherchés, morts ou vifs, pour crimes contre l'islam» publiée au printemps 2013 par la revue jihadiste en anglais Inspire. Cette revue en couleurs, mise en ligne régulièrement par des membres anglophones d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), demandait aux volontaires du monde entier de «défendre le prophète Mohamed» et clamait, sous le portrait du pasteur américain fondamentaliste Terry Jones exécuté d'une balle dans la tête: «Une balle par jour tient les infidèles en respect».
18:22
0
Deux autres personnes ont été tuées en dehors de la salle où se tenait la conférence de presse.
18:19
0
Huit journalistes ont été tués.
18:17
0
Selon lui, les tireurs criaient «Allah akbar» quand ils sont rentrés dans la salle où la rédaction était rassemblée en conférence de rédaction.
18:15
0
L'attaque a été commise par «au moins deux» assaillants selon le parquet de Paris.
18:12
0
Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi en fin d'après-midi à Paris et dans plusieurs villes de France, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.
18:04
0
«Le 11 septembre de la presse»

Mourad Boudjellal, ancien éditeur des dessinateurs Charb et Tignous abattus mercredi, s'est dit «abasourdi» et a évoqué «le 11 septembre de la presse». «Je suis plus que consterné, je suis abasourdi», a déclaré M. Boudjellal, ancien PDG de la maison d'éditions Soleil Productions. «C'est le 11 septembre de la presse, il y aura un avant et un après», a-t-il ajouté en disant vivre «un moment très compliqué, bizarre». «C'est terrifiant. Je connaissais aussi bien Cabu (un autre dessinateur tué mercredi), c'était la gentillesse sur terre et c'est inimaginable de le voir mourir sous des balles», a poursuivi Mourad Boudjellal.
17:42
0
La sécurité a été renforcée mercredi devant le consulat de France à New York. Deux policiers du NYPD (New York Police Department) sont postés devant le consulat, qui a également augmenté le filtrage des visiteurs à l'entrée, a-t-on appris sur place.
17:35
0
Près de 500 CRS et gendarmes mobiles déployés en renfort à Paris.
17:18
0
Le Conseil de Presse invite à un rassemblement de solidarité demain à 11h30 (horaire de l'attentat contre Charlie Hebdo) place Clairefontaine à Luxembourg-Ville. Xavier Bettel sera présent.
17:12
0
«À Charlie Hebdo, on n'a pas l'impression d'égorger quelqu'un avec un feutre», disait Charb en évoquant la façon dont le journal satirique abordait la question de l'islam. «Depuis qu'on fait Charlie Hebdo, on a toujours vécu avec des menaces. Les gens qui menacent sont ultra minoritaires et ceux qui passent à l'action sont encore plus minoritaires», avait-il déclaré en 2012 après l'interpellation d'un homme soupçonné d'avoir appelé à le décapiter sur un site jihadiste.

Depuis le départ de Philippe Val en mai 2009, il était le directeur de publication de Charlie Hebdo. Avec son trait épais et ses trognes allumées, Charb ne reculait devant aucune plaisanterie même du plus mauvais goût. Les guerres, la politique et les politiciens, la télé-réalité, la maladie ou les religions, aucun sujet n'était à l'abri de son crayon. «C'est en refusant par peur ou par paternalisme de traiter les musulmans comme des citoyens avant de les traiter comme des croyants qu'on fait de l'islam un tabou», disait-il en juin 2013 à l'occasion de la sortie du second tome de "La Vie de Mahomet", édité par Charlie Hebdo.
17:09
0
16:50
0
Le Vatican a condamné mercredi «la double violence» de l'attentat contre le siège du journal Charlie Hebdo à Paris, à la fois contre les personnes et contre la liberté de la presse. Dans une première réaction, le père Ciro Benedettini, vice-directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, a fait part à des journalistes de la «condamnation pour l'acte de violence» qu'a constitué la fusillade, et la «condamnation pour l'atteinte à la liberté de la presse, aussi importante que la liberté religieuse».

16:46
0
Un rassemblement en hommage aux victimes de l'attentat se tiendra ce soir à 18h au Bistrot de la presse à Luxembourg-Ville.
16:22
0
Réaction du rédacteur en chef

Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, s'est exprimé pour le Monde, depuis Londres où il est en vacances:

«Je suis effondré... et indigné en même temps. Je ne réalise toujours pas. (...) Je trouve important et normal que les réactions soient unanimes dans les médias en France. J'espère qu'il n'y aura cette fois personne pour nous dire que nous sommes des laïcards intégristes ou des provocateurs.»


«Ces derniers temps, malgré les menaces, nous n'avions pas peur, nous n'avions pas eu de nouvelles alertes précises. De toute façon, on ne peut pas faire un journal en vivant avec la peur. On ne pensait pas à tout. En tout cas, on ne pensait pas à ça...Que peut-on faire d'autre ? Que peut-on faire d'autre si en France, en Europe, on abandonne face à ça. Ils ont gagné ? Que fait un état démocratique dans une situation pareille ?»
16:09
0
Le club de la presse et de la communication de Metz-Lorraine appelle à un rassemblement de solidarité avec les victimes de l'attentat et pour la liberté de la presse ce soir, à 18h30, place d'Armes, à Metz.
16:05
0

15:48
0
Le journal danois Jyllands-Posten, qui avait également diffusé des caricatures de Mahomet, a renforcé la sécurité de ses bureaux.
15:48
0
Bernard Maris, économiste et chroniqueur sur France Inter, a également été tué dans l'attentat.
15:31
0
«Des mares de sang» devant le siège de Charlie Hebdo


Un journaliste qui travaille dans des locaux situés en face de Charlie Hebdo décrit «des corps qui sont à terre, des mares de sang, des blessés très graves». «Les gens de Charlie Hebdo sont venus s'asseoir dans nos locaux pour être un peu au calme», relate-t-il sur iTELE.

Un peu plus tôt, vers 11H30, deux hommes armés de kalachnikov ont pénétré dans les locaux de Charlie Hebdo, qui occupe avec d'autres sociétés un immeuble de la rue Nicolas-Appert, une petite rue du XIe arrondissement. «J'étais dans le bâtiment au bout du couloir. Des gens sont rentrés, ils cherchaient Charlie Hebdo puis ils ont tiré pour nous impressionner», raconte une factrice qui a pu s'enfuir. Mais dans les bureaux de l'hebdomadaire, c'est le carnage.

Coups de feu, policiers qui accourent: Regina, qui patientait dans une salle d'attente d'un centre ophtalmologique témoigne. «J'ai vu deux gars sortir du bâtiment, tirer, rentrer dans une C3 noire et partir en direction du boulevard Richard-Lenoir», raconte calmement un témoin qui vit à proximité et souhaite conserver l'anonymat.

Dans une vidéo filmée sur le boulevard, situé à quelques dizaines de mètres des locaux de Charlie Hebdo, les deux hommes armés de fusils automatiques sortent de leur véhicule, exécutent d'une balle dans la tête un policier à bout portant avant de prendre la fuite en voiture et de crier: «On a vengé le prophète Mohamed!»
15:29
0
Des corps entassés les uns sur les autres

Selon les sources du Figaro, les assaillants ont tué un homme au rez-de-chaussée, avant de monter au premier, dans la salle de l'imprimerie, où on a retrouvé des corps entassés les uns sur les autres.
15:24
0
Des kalachnikovs mais pas de lance-roquette

Les deux auteurs de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo étaient armés de fusils d'assaut kalachnikov mais n'étaient pas équipés de lance-roquette, a affirmé à l'AFP une source policière.

Une source proche de l'enquête, s'appuyant sur les premiers éléments des investigations, avait fait état de la présence de lance-roquette. «Ils étaient tous deux cagoulés, chacun armé d'une kalachnikov», mais il n'avaient «pas de lance-roquette», selon la source policière.

Les deux hommes sont toujours en fuite.
15:23
0
Selon Bernard Cazeneuve, ministre français de l'Intérieur, «trois criminels» sont impliqués dans l'attaque.
15:08
0
Merci d'avoir suivi ce live.

La rédaction de L'essentiel exprime sa plus profonde solidarité envers les victimes et leurs familles.
14:45
0
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné mercredi «avec la plus grande détermination un acte barbare», «contre la démocratie et la liberté de la presse».

14:44
0
Un agent immobilier a été témoin d'un des vols de voiture par les malfaiteurs: «Une voiture noire était arrêtée au milieu de la rue», raconte-t-il à 20minutes.fr.

«Deux grands blacks habillés de façon militaire étaient sortis, dont un avec un lance-roquettes. Ils ont sorti un homme de la voiture qui était derrière. Et ils sont montés en disant "vous direz aux médias que c'est Al-Qaïda au Yémen"».
14:40
0

14:33
0
C'étaient les quatre caricaturistes vedette du journal.

Stéphane Charbonnier, alias Charb, était âgé de 47 ans. Jean Cabut (Cabu) avait 76 ans. Georges Wolinski avait 80 ans et Bernard Verlhac, alias Tignous, avait 47 ans.
14:27
0
Charb, Cabu, Wolinski et Tignous ont bien été tués dans l'attentat (source judiciaire citée par l'AFP).
14: 20
0
Selon la dessinatrice Coco, qui travaille pour Charlie Hebdo, les tireurs se revendiquaient d'al-Qaida.

«J'étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l'immeuble du journal deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J'ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu. Ça a duré cinq minutes Je m'étais réfugiée sous un bureau. Ils parlaient parfaitement le français et se revendiquaient d'al-Qaida», a-t-elle déclaré à l'Humanité.
14:14
0
Selon une source citée par Libération, les tireurs se seraient fait conduire vers des personnes bien précises par une personne de l'accueil.
14:07
0
Merkel condamne un «attentat abominable»
14:05
0

14:04
0
Réaction de Washington:

La Maison Blanche a condamné «dans les termes les plus forts» l'attaque contre les locaux du journal satirique français Charlie Hebdo qui a fait 12 morts mercredi.

«Toute la Maison Blanche est solidaire des familles de ceux qui ont été tués ou blessés dans cette attaque», a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama, sur la chaîne MSNBC.
14:02
0
L'avocat de Charlie Hebdo a affirmé que le journal était la cible de menaces constantes depuis la publication des caricatures de Mahomet, en 2011.
13:58
0
Cabu, Wolinski, Charb, Tignous sont morts



13:54
0
Les deux autres dessinateurs décédés seraient Tignous et Wolinski.
13:53
0
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, condamne «un acte intolérable, une barbarie».
13:36
0
Un mouvement de solidarité est lancé sur Twitter. Le hasthag #JeSuisCharlie inonde le réseau social.


13:35
0
Le directeur de la publication et dessinateur satirique Charb (Stéphane Charbonnier) et Cabu seraient morts selon les informations du Point (via un tweet). Charb avait été annoncé gravement blessé selon plusieurs sources, que relayaient Le Monde et Le Figaro.
13:26
0
«Nous avons vengé le prophète!»

Les agresseurs ont crié «nous avons vengé le prophète!», selon des témoins cités par une source policière. Sur une vidéo de l'attaque, filmée par un homme réfugié sur un toit et mise en ligne par le site francetvinfo, on entend un homme crier "Allah akbar" entre plusieurs coups de feu.
13:20
0
Selon des médias français, les dessinateurs Charb et cabu sont décédés
13:19
0
Le bilan passe à 12 morts
13:17
0
Le dessin prémonitoire de cette semaine de Charb, blessé dans l'attaque



13:10
0
Organes de presse, grands magasins, lieux de culte et transports vont être placés sous «protection renforcée» annonce Matignon.
13:08
0

13:05
0
Selon Le Monde, Charb (directeur de la publication et dessinateur), serait «blessé et dans un état jugé sérieux».
13:01
0

12:58
0
Cameron dénonce une attaque terroriste «révoltante»

Le Premier ministre britannique David Cameron a condamné l'attaque et exprimé sa solidarité avec la France dans la lutte contre le terrorisme. «Les meurtres commis à Paris sont révoltants. Nous nous tenons aux côtés du peuple français dans le combat contre le terrorisme et pour la défense de la liberté de la presse», a-t-il déclaré Cameron sur son compte Twitter.


12:57
0

12:51
0
12:49
0
Il parle d'«un acte d'une exceptionnelle barbarie».
12:44
0
François Hollande est arrivé sur les lieux.
12:39
0
Onze personnes ont été tuées et dix blessées, dont cinq gravement.
12:33
0
Le plan Vigipirate relevé au niveau «alerte attentats» (le niveau le plus élevé), dans toute l'Ile de France.
12:32
0
Le bilan se serait encore alourdit. Un policier parle de 11 morts.
12:30
0
Les assaillants seraient toujours en fuite selon des témoins
12:25
0
François Hollande va se rendre immédiatement sur place, une réunion ministérielle est prévue à 14h à l'Elysée.
12:23
0
Le parquet de Paris confirme que dix personnes sont mortes dans l'attaque.
12:21
0
Les assaillant étaient armés d'une «kalachnikov et d'un lance-roquette» d'après le dessinateur Luz, membre du journal.
12:18
0
Une source policière, citée par l'AFP, évoque un mort.
12:16
0
Au moins 10 morts et 5 blessés

«C’est un véritable massacre, il y a des morts», a raconté un témoin de la scène à 20minutes.fr. Le site explique que la communication a ensuite été coupée. Une information non vérifiée. D’après «Le Figaro», un policier a été blessé. Selon iTélé il y aurait au moins 10 morts et 5 blessés. La mairie de Paris, citée par l'AFP, parle de «6 blessés très graves».
12:08
0
Deux hommes, lourdement armés, ont attaqué mercredi en fin de matinée le siège de Charlie Hebdo à Paris et ont blessé deux personnes en prenant la fuite, a-t-on appris de source proche. «Vers 11h30, deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette, ont fait irruption au siège de Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre», a expliqué cette source. En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton.
12:00
0
Deux hommes armés attaquent Charlie Hebdo et font deux blessés dans leur fuite
Sur ce sujet

Une attaque à la kalachnikov et au lance-roquettes par au moins deux hommes cagoulés au siège de Charlie Hebdo à Paris, a fait 12 morts dont deux policiers, a-t-on appris de source proche de l'enquête, un acte sans précédent contre un organe de presse en France.

«Vers 11h30, deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquettes, ont fait irruption au siège du journal satirique Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre», a déclaré une source proche de l'enquête. En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste, porte de Pantin, et percuté un piéton.

«Je pense qu'il y a des victimes», avait auparavant déclaré par téléphone le dessinateur, Renaud Luzier, dit «Luz», visiblement paniqué. «J'ai entendu des coups de feu, j'ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq», a déclaré Michel Goldenberg, un voisin qui a son bureau dans la même rue que Charlie Hebdo, la rue Nicolas Appert. Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté avoir entendu «à 11h30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes».

(L'essentiel/AFP)