Dans les Vosges alsaciennes

10 novembre 2017 15:10; Act: 10.11.2017 16:14 Print

Macron et Steinmeier unis au «Verdun vosgien»

Les présidents français et allemand se sont recueillis ensemble vendredi au «Hartmannswillerkopf», un des plus sanglants champs de bataille de la Première Guerre mondiale.

  • par e-mail
op Däitsch

Les deux chefs d'État, venus ensemble de Paris, où Walter Steinmeier avait été reçu dans la matinée à l’Élysée, se sont présentés côté à côte dans la crypte du Monument national, construit en 1932, pour honorer la mémoire des milliers de soldats allemands et français tombés sur ce site entre début 1915 et 1918. Ils se sont donné une brève accolade dans le dos, avant de présider, par une météo glaciale et humide, la cérémonie d'inauguration du nouvel historial franco-allemand. Cette inauguration marque le début des commémorations du 11 novembre, date de l'Armistice qui mit fin aux combats de 14-18.

«Ce déplacement conjoint et ce geste, ce n'est pas revenir sur un passé douloureux pour nos deux pays, c'est exercer ensemble le devoir de mémoire et le devoir d'histoire qui seul permet de ne pas faire bégayer celle-ci», avait déclaré M. Macron depuis Paris. M. Steinmeier a souligné, de son côté, «l'importance de rappeler encore une fois à nos peuples d'où nous venons», particulièrement «dans une phase où nous luttons encore pour sortir de la crise européenne».

Durant l'année 1915, l'éperon rocheux du Hartmannswillerkopf, qui culmine à près de 1 000 mètres d'altitude au sud de l'Alsace, a changé huit fois de mains, au cours de combats acharnés qui ont fait des milliers de morts. Les prédécesseurs des deux actuels présidents, François Hollande et Joachim Gauck, étaient venus en 2014 poser la première pierre de ce musée, qui abrite un ossuaire où reposent les restes de 12 000 soldats inconnus. Sur ce site peu connu de la Grande Guerre, un «Verdun vosgien», chacun des belligérants défendait un sol qu'il considérait comme sien, l'Alsace étant devenue allemande après la guerre de 1870.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.