Intempéries en France

02 décembre 2019 06:59; Act: 02.12.2019 09:54 Print

3 secouristes tués dans un accident d'hélicoptère

Les trois occupants d'un hélicoptère de la Sécurité civile, partis porter secours à des habitants touchés par les intempéries sur la Côte d'Azur, ont été retrouvés morts.

storybild

L'hélicoptère se dirigeait vers Le Luc-Le Cannet (Var) afin d'assurer une mission de reconnaissance et de sauvetage. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les trois occupants d'un hélicoptère de la Sécurité civile, partis porter secours à des habitants touchés par les intempéries sur la Côte d'Azur, ont été retrouvés morts près de Marseille, dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué le ministère de l'Intérieur. «Alors que leur hélicoptère EC145 de la Sécurité civile se dirigeait vers Le Luc-Le Cannet (Var) afin d'assurer une mission de reconnaissance et de sauvetage, les liaisons radios et radars ont été rompues», indique le ministère.

«Malgré l'engagement d'importants moyens de recherche déclenchés dans le cadre du plan SATER, les trois occupants de l'hélicoptère ont été retrouvés décédés à 1h30 du matin à proximité de la commune du Rove (Bouches-du-Rhône)», ont expliqué dans un communiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’État Laurent Nuñez. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l'accident.

Deux autres victimes

«Alors que la France s'apprête aujourd'hui à rendre hommage à 13 de ses soldats, morts pour la servir (NDLR: au Mali), notre pays perd trois héros du quotidien qui ont donné leur vie pour protéger les Français», ont souligné le ministre et son secrétaire d’État. Le Var et les Alpes-Maritimes, deux départements de la Côte d'Azur, ont été touchés par de fortes pluies et des inondations, dimanche, une semaine après des inondations meurtrières qui avaient fait six morts.

Deux personnes sont mortes dimanche dans ces intempéries dans le Var, a indiqué la préfecture de ce département.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stéphanie le 02.12.2019 10:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci cher le Russe de me soutenir les arguments

  • Le Russe le 02.12.2019 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stéphanie a raison que fait le pouvoir central ? Pas mieux qu'en Russie on dirait !

  • Karima Bell le 02.12.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le genre de choses qui peut arriver: On appele ça communément un accident, c'est regretable, mais ça fait partie de la vie. La mise en oeuvre de certaines vocations n'est pas sans risque, mais on ne vit pas dans le pays merveilleux dus bisounours, et si on ne va pas au bout de soi-même la vie ne vaut pas la peine d'être vécue.

Les derniers commentaires

  • Stéphanie le 02.12.2019 10:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci cher le Russe de me soutenir les arguments

  • Le Russe le 02.12.2019 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stéphanie a raison que fait le pouvoir central ? Pas mieux qu'en Russie on dirait !

  • Serge M le 02.12.2019 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    Respect,Force et courage pour ces métiers d'aides aux victimes. Respect Mesdames & Messieurs qui au péril de leurs vies ils sauvent les nôtres. Je pense aux familles des sinistrés et aux familles des sauveteurs qui ont perdus la vie dans leurs missions. C'est une vocation pas un métier.

  • Karima Bell le 02.12.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le genre de choses qui peut arriver: On appele ça communément un accident, c'est regretable, mais ça fait partie de la vie. La mise en oeuvre de certaines vocations n'est pas sans risque, mais on ne vit pas dans le pays merveilleux dus bisounours, et si on ne va pas au bout de soi-même la vie ne vaut pas la peine d'être vécue.

  • Stéphanie le 02.12.2019 07:18 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une fois un accident de taille en France. Franchement ça commence à bien faire. Et le pouvoir central? Que fait il pour aider les victimes et leurs proches?

    • Réaliste le 02.12.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

      C'est un beau métier, ce sont des héros, je les admire. Mais malheureusement ce sont les risques du métier. Quand un routier perd la vie, il ne se passe rien pour la famille.