Joggeuse tuée en France

04 novembre 2017 16:01; Act: 04.11.2017 16:58 Print

Des centaines de joggeurs rendent hommage à Alexia

Des centaines de personnes ont couru samedi dans plusieurs villes de France, notamment à Gray en présence de la famille de la joggeuse retrouvée morte lundi dans un bois.

storybild

Les joggeurs se sont mobilisés dans plusieurs villes de France, comme ici à Lille. (photo: AFP/Francois lo Presti)

  • par e-mail
Sur ce sujet

À Gray, les coureurs, tous vêtus d'un brassard blanc, ont parcouru 10 km, dont un tronçon commun à celui que la jeune femme avait l'habitude d'emprunter, à l'initiative du Val de Gray Marathon, un club de course local, à la veille d'une marche silencieuse en son honneur. «C'était l'activité préférée de ma fille et j'encourage tout le monde à courir. (...) On ne devrait pas avoir le droit de nous enlever cette liberté», a déclaré Isabelle Fouillot, mère d'Alexia Daval, lors du rassemblement.

En tête de cortège, le mari d'Alexia Daval a participé à la course aux côtés de joggeuses. Des rassemblements sont organisés dans de nombreuses villes de France, samedi et dimanche, pour rendre hommage à Alexia et aux femmes victimes d'agression. «Toutes ces courses organisées me portent considérablement, (...) je dis un grand merci à tout le monde, à toutes les personnes qui font ce genre d'activité», a dit Mme Fouillot.

«Pour Alexia, de tout cœur avec sa famille»

À Besançon, où Alexia Daval était employée de banque, environ 500 personnes ont participé samedi matin à un jogging de 5 km le long du Doubs. À Paris, 200 personnes, pour la plupart des femmes, vêtues de noir avec un détail rose comme un bandana, un T-shirt ou un sac à dos, sont parties à 10h30, après une salve d'applaudissements, de la place de la Bastille pour parcourir quelque 5 km jusqu'à l'Opéra-Garnier.

Parmi les joggeuses, Virginie Lucas, une infirmière de 48 ans qui arborait dans le dos une pancarte «Pour Alexia, de tout cœur avec sa famille». Elle a confié ne pas vouloir «courir sur un tapis l'hiver pour faire plaisir à ces détraqués», et garder toujours dans sa banane un pistolet à impulsion électrique de type Taser.

«Pas coupable de courir seule»

Virginie Boulinguez, responsable de production de 46 ans, a changé ses habitudes depuis quelque temps: «Je ne vais courir qu'au stade des Lilas, parce que je me sens en sécurité, j'y vais toujours à des horaires où je sais qu'il y a du monde».

Une cinquantaine de joggeurs, principalement des femmes, ballons roses et roses rouges à la main, se sont également réunis sur le Vieux Port de Marseille à 10h30. Après une minute de silence, ils se sont élancés pour une course de 5 km. Pour Myriana Soncin, 33 ans et organisatrice de l'événement, il fallait rappeler qu'«Alexia Daval n'était pas coupable de courir seule et ses proches ne l'étaient pas non plus de la laisser courir seule».

La famille de la jeune femme a invité à une marche silencieuse dimanche à 11h à Gray pour lui rendre hommage. Le corps calciné de la jeune femme disparue samedi 28 octobre a été découvert lundi par des gendarmes dans un bois près de Gray. Une information judiciaire pour «assassinat» a été ouverte et confiée à un juge d'instruction de Besançon.

(L'essentiel/afp)