À Montpellier

05 mars 2018 14:23; Act: 05.03.2018 16:24 Print

Des baskets au cœur d'une enquête criminelle

Un Algérien de 39 ans a été incarcéré pour le meurtre d'un SDF roumain de 44 ans, à Montpellier. Une paire de baskets est un des éléments-clés de l'enquête.

Sur ce sujet

Le cadavre d'un homme sans chaussures, frappé à mort, avait été découvert le 24 janvier dernier le long d'une voie de chemin de fer dans des taillis, dans le centre de Montpellier. L'autopsie a montré que cet homme, qui vivait le long de cette voie de chemin de fer de manière très isolée, «était décédé de plusieurs coups très violents portés au niveau de la tête», a expliqué lundi lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret.

L'enquête, confiée à la Direction départementale de la sécurité publique de l'Hérault (DDSP 34), a notamment permis d'identifier sur la scène de crime un «profil génétique connu» via le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), celui d'un Algérien qui a été arrêté le 27 février au centre de rétention administrative de Sète (Hérault). Cet homme, également sans domicile, y avait été placé pour séjour irrégulier.

Victime déjà morte?

«Une paire de baskets particulières qui avait été remise à la victime par une organisation caritative», a été retrouvée dans la chambre du suspect, a ajouté le procureur, parlant d'indices «graves et concordants». Cet homme, visible sur des images de vidéosurveillance aux abords du lieu du meurtre et qui encourt une peine maximale de 30 ans de réclusion criminelle, «conteste avoir commis cet homicide», a souligné Christophe Barret.

Au terme de «déclarations évolutives» et «peu convaincantes», le suspect a affirmé s'être rendu sur les lieux et avoir pris les baskets et un sac de couchage de la victime alors qu'elle était déjà morte, a-t-il ajouté. «Je pense qu'il n'y aura jamais de partie civile dans ce dossier parce qu'on n'a pas retrouvé de famille», a estimé le procureur de la République de Montpellier, précisant que les autorités roumaines avaient été contactées à propos de ce ressortissant qui vivait depuis plusieurs années en France.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pepe le 05.03.2018 15:47 Report dénoncer ce commentaire

    "Cet homme, également sans domicile, y avait été placé pour séjour irrégulier" : ceci dit tout...

  • Pastor le 06.03.2018 00:26 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours la même rengaine et pendant ce temps cela afflue un peu partout.

  • Aristoteavéraisin le 05.03.2018 19:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Montpellier.... de pire en pire question insécurité et sociologie...et qui prend le chemin de Marseille Quel dommage une si belle ville pourtant...

Les derniers commentaires

  • Pastor le 06.03.2018 00:26 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours la même rengaine et pendant ce temps cela afflue un peu partout.

  • Yousdulux le 05.03.2018 20:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceci dit quoi monsieur sherlock holmes ??? . Laissez les enquêteurs et la justice faire leur travail et gardez vos opinions et préjugés pour vous.

  • Aristoteavéraisin le 05.03.2018 19:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Montpellier.... de pire en pire question insécurité et sociologie...et qui prend le chemin de Marseille Quel dommage une si belle ville pourtant...

  • Pepe le 05.03.2018 15:47 Report dénoncer ce commentaire

    "Cet homme, également sans domicile, y avait été placé pour séjour irrégulier" : ceci dit tout...