Imbroglio en France

08 novembre 2017 08:19; Act: 08.11.2017 09:45 Print

Des éoliennes sur un champ de bataille de 1917?

L'Australie demande des clarifications à la France au sujet d'un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens ont péri en 1917.

storybild

Les activités agricoles actuellement menées sur le site du champ de bataille ne dérangent pas les associations de descendants de victimes mais les éoliennes impliqueraient de creuser la terre beaucoup plus profondément. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Un reportage de la chaîne Sky News fait état d'un projet du groupe Engie Green d'ériger plusieurs éoliennes entre les villages de Bullecourt et Riencourt dans le Pas-de-Calais, dans le nord de la France. C'est dans ce secteur que plusieurs divisions britanniques et australiennes avaient tenté, en avril et mai 1917, de briser la ligne allemande Hindenburg, entre Arras et Soissons.

Les soldats qui ont combattu lors de ces deux batailles étaient expérimentés, vétérans de Gallipoli ou Fromelles, et tous volontaires côté australien. Environ 10 000 sont morts ou ont été blessés, mais aussi 7 000 Britanniques et 10 000 Allemands. Encore aujourd'hui, des Australiens se rendent régulièrement à Bullecourt pour rendre hommage à leurs morts. Le ministre australien des Anciens combattants, Dan Tehan, a indiqué mercredi qu'il contacterait Paris au sujet du projet d'éoliennes, qui inquiète certains descendants de soldats australiens, car toutes les dépouilles n'ont pas été retirées du champ de bataille.

Pire que l'activité agricole

«Je parlerai avec mon homologue français pour obtenir des clarifications à ce sujet», a-t-il dit. «Les Français, comme les Australiens, comprennent l'importance de cette terre et ont le plus grand respect pour le sacrifice fait par les Australiens sur leur sol». «L'Australie a une relation de travail étroite avec le gouvernement français au sujet de la récupération des dépouilles des Australiens sur les champs de bataille français», a-t-il ajouté.

Sky News explique que les activités agricoles actuellement menées sur le site du champ de bataille ne dérangent pas les associations de descendants de victimes en ce qu'elles restent superficielles. Mais la chaîne observe que l'érection d'éoliennes impliquerait de creuser la terre beaucoup plus profondément. Au total, 46 300 Australiens sont tombés en France pendant la Première Guerre mondiale.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Citoyen 57 le 08.11.2017 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    En France il fut un temps on supprimait les pylones electriques pour le paysage. Maintenant on nous abreuve d'éoliennes... Quand aux misérables eoliennes ce n'est pas demain la veille qu'elles fourniront notre électricité produite à presque 90% par le nucléaire.

  • lulu le 08.11.2017 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut-on envisager de creuser un champ de bataille pour y implanter des éoliennes ? C'est indécent et scandaleux de ne rien respecter ! Le devoir de mémoire doit toujours être présent dans ce genre de position.

  • J-Pierre le 08.11.2017 12:41 Report dénoncer ce commentaire

    La pollution tue, plus sournoisement que la guerre, mais tue. Les énergies renouvelables vont sauver des milliers de vies dans le futur. Tout en respectant ces soldats morts par la folie des hommes, pourquoi ne pas trouver un compromis pour préserver la vie dans les années à venir.

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 08.11.2017 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    En France il fut un temps on supprimait les pylones electriques pour le paysage. Maintenant on nous abreuve d'éoliennes... Quand aux misérables eoliennes ce n'est pas demain la veille qu'elles fourniront notre électricité produite à presque 90% par le nucléaire.

  • J-Pierre le 08.11.2017 12:41 Report dénoncer ce commentaire

    La pollution tue, plus sournoisement que la guerre, mais tue. Les énergies renouvelables vont sauver des milliers de vies dans le futur. Tout en respectant ces soldats morts par la folie des hommes, pourquoi ne pas trouver un compromis pour préserver la vie dans les années à venir.

  • lulu le 08.11.2017 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut-on envisager de creuser un champ de bataille pour y implanter des éoliennes ? C'est indécent et scandaleux de ne rien respecter ! Le devoir de mémoire doit toujours être présent dans ce genre de position.

    • lulutte le 08.11.2017 10:10 Report dénoncer ce commentaire

      sans vouloir manquer de respect aux soldats qui ont péri je pense qu'il est grand temps qu'on avance et qu'on laisse le passé derrière nous et qu'on se concentre sur l'essentiel le futur celui-ci est bien plus important , certes il faut apprendre de toutes ces guerres afin de ne plus faire certaines erreurs ........

    • Leopold Pracain le 08.11.2017 12:51 Report dénoncer ce commentaire

      Si on suit cette logique il va falloir raser pas mal de villages et de quartiers.

  • Raoul le 08.11.2017 08:44 Report dénoncer ce commentaire

    100 après, ça parait honnête pour réutiliser le sol. Si on doit mettre en friche tous les théatres de batailles en France, on a pas fini.

    • @Raoul le 08.11.2017 10:12 Report dénoncer ce commentaire

      Il s'agit de creuser le sol pour implanter des éoliennes et non de laisser en friche;les activités agricoles ne gênent pas les descendants des soldats: relisez correctement l'article.

    • Kim V le 08.11.2017 12:53 Report dénoncer ce commentaire

      Il faudrait déjà pouvoir prouver que les ancêtres sont effectivement enterrés là!

    • Tomtom le 08.11.2017 13:10 Report dénoncer ce commentaire

      En même temps creuser des fondation de 4m par 4 ci et là sur un champs ce n'est pas transformer en parking non plus