Justice en France

12 octobre 2017 18:08; Act: 12.10.2017 18:16 Print

François Fillon toujours empêtré dans les affaires

Déjà mis en examen dans une affaire d'emplois présumés fictifs, l'ancien candidat à la présidentielle française a cette fois été placé sous le statut de témoin assisté.

storybild

François Fillon a été rattrapé par plusieurs affaires pendant sa campagne présidentielle. (photo: AFP/Christophe Archambault)

  • par e-mail
Sur ce sujet

François Fillon, déjà mis en examen dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, a été placé fin juillet sous le statut de témoin assisté pour «escroquerie aggravée» dans cette affaire, d'après des sources proches du dossier. Mis en examen en mars notamment pour «détournement de fonds publics» et «complicité et recel d'abus de bien sociaux», l'ex-candidat de la droite à l'élection présidentielle a été reçu fin juillet par les juges d'instruction pour être entendu pour la première fois sur le fond de l'affaire.

À l'issue de cette audition, les magistrats l'ont, en plus, placé sous le statut de témoin assisté pour le chef «d'escroquerie aggravée», selon des sources proches du dossier. L'affaire, révélée fin janvier, avait empoisonné la campagne électorale de l'ancien Premier ministre, parti favori de la course à la présidentielle jusqu’à sa défaite au premier tour.

Enquêtes en cours

Au cœur du dossier, les soupçons d'emplois fictifs de sa femme Penelope et de ses enfants au Parlement. Les investigations portent aussi sur les salaires touchés de mai 2012 à décembre 2013 par son épouse pour un emploi dans une revue littéraire, la Revue des deux mondes, propriété d'un homme d'affaires proche de François Fillon, Marc Ladreit de Lacharrière. En mars, le parquet national financier avait délivré aux juges d’instruction un réquisitoire supplétif, élargissant le champ des investigations à des faits «d'escroquerie aggravée».

Des documents saisis à l'Assemblée, en particulier une fiche de renseignements sur laquelle l'épouse du candidat avait déclaré en juillet 2012 un travail mensuel à la Revue des deux Mondes de seulement 14 heures, intriguaient les enquêteurs. Penelope Fillon avait été mise en examen quelques jours plus tard, notamment pour «recel d'escroquerie aggravée». Les investigations se concentrent depuis quelques mois sur les activités de 2F Conseil, la société que l'ex-Premier ministre avait créée en 2012. Les enquêteurs cherchent à savoir s'il y a pu y avoir d'éventuels conflits d'intérêts.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lucas LOUBIER le 13.10.2017 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    En résumé, on présume beaucoup, mais tout cela débiôuchera-t-il un jour sur quoi que ce soit de concret?

Les derniers commentaires

  • Lucas LOUBIER le 13.10.2017 08:46 Report dénoncer ce commentaire

    En résumé, on présume beaucoup, mais tout cela débiôuchera-t-il un jour sur quoi que ce soit de concret?