Affaire Benalla

23 juillet 2018 12:15; Act: 23.07.2018 12:58 Print

Gérard Collomb charge le préfet et l'Élysée

Auditionné à l'Assemblée nationale, dans le cadre de l'affaire Benalla, le ministre français de l'Intérieur a tenté de se dédouaner. Au risque de faire rire, parfois, les députés.

Sur ce sujet

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'est défendu lundi de toute faute personnelle dans la gestion de l'affaire Benalla, renvoyant la responsabilité d'éventuels manquements au préfet de police et au cabinet d'Emmanuel Macron, lors d'une audition cruciale à l'Assemblée nationale. Les vidéos montrant Alexandre Benalla, un proche collaborateur du chef de l'État, en train de frapper et malmener deux manifestants, le 1er mai, à Paris, alors qu'il accompagnait les forces de l'ordre en tant qu'«observateur» (mais avec brassard et casque de policier), ne cessent d'avoir des répercussions politiques.

Entendu à partir de 10h ce lundi matin par la commission des Lois de l'Assemblée dotée de prérogatives d'enquête, le ministre de l'Intérieur, appelé à la démission par des personnalités de droite comme de gauche, s'est défendu vigoureusement dans un propos liminaire, avant d'être soumis au feu nourri des questions des députés. Gérard Collomb a affirmé avoir été informé le lendemain des faits par son cabinet de l'existence de la vidéo sur laquelle on voit Alexandre Benalla frapper et malmener deux manifestants en présence d'un autre observateur, Vincent Crase, employé de La République en marche (LREM).

«Je pensais que les mesures avaient été prises»

Mais il a estimé que ce n'était pas à lui de saisir la justice de ces actes qu'il a de nouveau condamnés «avec la plus grande fermeté». «Ce n'est pas au ministre qu'il appartient de le faire. Je considère que c'est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d'un signalement au titre de l'article 40» du Code de procédure pénale, a-t-il déclaré. Le 2 mai, «je m'étais assuré que tant le cabinet du président de la République que le préfet de police avaient été destinataires de l'information. Je pensais, comme c'est la règle, que les mesures appropriées avaient été prises. C'était à eux de prendre les sanctions et éventuellement d'informer les autorités judiciaires», a souligné Gérard Collomb.

M. Collomb a aussi déclaré qu'il ignorait qu'Alexandre Benalla était conseiller à l'Élysée, et qu'il n'avait pas été prévenu de la présence, lors de la manifestation du 1er mai, de deux observateurs avec les policiers. Il a en outre admis avoir rencontré le président de la République, ce week-end, ajoutant qu'ils avaient parlé «le moins possible» de l'affaire, déclenchant les rires des députés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Realiste Man le 23.07.2018 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    Et cette histoire n'est que la partie émergée de l'iceberg...Car combien d'autres hommes de mains font le sale boulot? Heureusement, de nos jours, tout le monde peut filmer et donc rapporter des preuves...plus dur de cacher des choses...

  • Paul B le 23.07.2018 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Donc l'état français s'attaque physiquement aux opposants de manière lamentable et après il donne des leçons de démocratie et des droits de l'homme dans le monde entier ! Cet état n'est pas crédible

  • JDCJDR le 23.07.2018 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique défense d’un ministre en fin de course.

Les derniers commentaires

  • Francais le 25.07.2018 14:23 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on est homme politique il y a deux moyens d’exister le premier c’est faire du bon boulot au service de ces concitoyens, le deuxième c’est de faire du bruit, de démontrer que celui qui occupe la place n’est pas une bonne personne. Quand je vois le ramdam que les députés font je me dis qu’ils n’ont pas leur place dans l’hémicycle parce qu’il ne travaille plus ils occupent l’espace.

  • Philippe)Jacques NACHTERGAL le 24.07.2018 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Mr MACRON a la tete de collaborateurs indisciplines lui si fier de la France et donneur de lecons c est pathetique

    • exister le 25.07.2018 14:32 Report dénoncer ce commentaire

      STOP qu'ils se mettent au boulot pour lequel ils sont élus et non pas pour jouer à exister. quelqu'un a commis une faute on le puni point on va pas rester la dessus jusqu'en hiver.

  • Jean le 23.07.2018 21:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tristesse Quand je lis certains commentaires du style révolution dictature, je me demande alors quelle sera leur réaction lorsque leurs populistes auront pris le pouvoir.

    • Realiste le 24.07.2018 08:41 Report dénoncer ce commentaire

      Mais... Les populistes sont déjà au pouvoir dans pas mal de pays; hongrie, autriche, belgique, italie, pologne, ... Et il faut bien reconnaitre que Macron se comporte comme un petit dictateur!

  • Jean le 23.07.2018 21:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tristesse

  • revolution le 23.07.2018 20:03 Report dénoncer ce commentaire

    la dictature en france le nouvel hitler est arrivee ,bien encadrer par l "UE la dictature europeenne il faut arreter ce massacre il faut arreter ce dictauter UE

    • Max Payne le 24.07.2018 08:15 Report dénoncer ce commentaire

      En fait on devrait envoyer dans des camps de rééducation par le travail tous ceux qui montrent de l'interet pour le pouvoir.