En Italie

29 mai 2017 19:20; Act: 29.05.2017 19:23 Print

«Go back to my plane?», Macron parodie Chirac

Alors qu'il déambulait dans les rues bondées de Taormine en marge du G7, le nouveau président français a rejoué un célèbre coup de colère de Jacques Chirac.

Sur ce sujet

Malgré sa rencontre peu concluante avec Donald Trump, Emmanuel Macron était visiblement d'humeur badine, ce week-end en marge du G7 de Taormine. Le nouveau président français a pris un bain de foule dans la ville sicilienne, samedi, relève le Huffington Post. Entouré de ses gardes du corps, Macron progressait dans les rues bondées quand un souvenir lui est revenu en mémoire. «You want me to take my plane?», a-t-il soudainement lancé, peinant à réfrener son rire.

Le président français faisait référence à Jacques Chirac, protagoniste d'une séquence désormais mythique réalisée par France 2 en 1996. A l'époque, le chef de l'Etat était en déplacement à Jérusalem lorsqu'il s'était retrouvé pris dans une foule oppressante. Agacé par cette situation chaotique, Jacques Chirac avait fini par passer ses nerfs sur un membre de la sécurité. En anglais dans le texte: «What do you want? Me to go back to my plane and go back to France?» («Qu'est-ce que vous voulez? Que je reprenne mon avion, que je rentre en France?») Un coup de colère célèbre, auquel Emmanuel Macron a rendu hommage à sa façon.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • historien le 29.05.2017 21:05 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'était pas à cause d'une foule oppressante ! mais à cause de la sécurité Israélienne qui empechait Chirac d'aller rencontrer les habitants et vendeurs du quartier. Attention à la réinterprétation des images !

  • francky le 29.05.2017 22:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    absolument exact

  • @historien le 29.05.2017 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    exact !! très bien ce petit rappel

Les derniers commentaires

  • yousdulux le 30.05.2017 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien souligné l'historien

  • @historien le 29.05.2017 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    exact !! très bien ce petit rappel

  • francky le 29.05.2017 22:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    absolument exact

  • historien le 29.05.2017 21:05 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'était pas à cause d'une foule oppressante ! mais à cause de la sécurité Israélienne qui empechait Chirac d'aller rencontrer les habitants et vendeurs du quartier. Attention à la réinterprétation des images !

    • Vérité ou rien le 30.05.2017 06:41 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait...le journalisme vous savez...

    • fabilux le 30.05.2017 09:24 Report dénoncer ce commentaire

      bon rappel, merci .

    • Chris57 le 30.05.2017 09:30 Report dénoncer ce commentaire

      bravo pour votre rappel.