Attaques en France

27 mars 2018 09:39; Act: 27.03.2018 10:35 Print

«Il voulait aller toujours plus loin, plus haut»

Devant les caméras de «LCI», Nicolle Nicolic-Beltrame a rendu un hommage bouleversant à son fils qui s'est sacrifié lors de la prise d'otages de Trèbes.

Sur ce sujet

C'est un hommage bouleversant que Nicolle Nicolic-Beltrame, la mère d'Arnaud Beltrame, le lieutenant-colonel de gendarmerie, mort samedi à 44 ans, après avoir pris la place d'une otage du terroriste de Trèbes, a rendu à son fils.

Très digne, elle témoigne chez nos confrères de LCI: «J'ai appris qu'un lieutenant-colonel était blessé. Sans doute l'instinct, j'ai pensé tout de suite à lui, dit-elle en évoquant le moment où elle a appris le drame. J'ai été surprise que cela se produise à Carcassonne, un lieu qui était pour moi paisible. Je ne pensais pas que cela se passerait là, d'autant que par le passé, il a connu des actions beaucoup plus délicates».

Selon elle, le héros de toute une nation était porté sur l'excellence: «C'était sa vie, c'était son idéal. Arnaud ne supportait pas la médiocrité. Il voulait aller toujours plus loin, plus haut, plus vite, plus fort».

«C'était évident qu'il allait agir»

Parlant encore beaucoup de son fils au présent, Nicolle Nicolic-Beltrame n'est pas étonnée que son fils se soit porté au secours de l'otage détenue par le terroriste de Trèbes: «Non, je ne suis pas surprise. C'est un fonceur, un idéaliste, il défend les opprimés. Il faut dire que dans la famille, on est un peu comme ça aussi. On attaque, on fonce, on ne se lamente pas. Arnaud était comme ça depuis tout petit».

«Il a vu quelqu'un qui mettait d'autres gens en danger, c'était évident qu'il allait agir. C'est Arnaud», poursuit-elle. Comment était son fils? «Un homme attachant, très dynamique, super. Il était toujours partant pour tout». Selon sa mère, Arnaud Beltrame vibrait pour son métier: «Il est né pour ça, je ne le voyais pas faire autre chose».

L'hommage national à Arnaud Beltrame aura lieu mercredi, à 11h30, en présence du président de la République, Emmanuel Macron.

(L'essentiel/lsi)