Affaire Benalla

26 juillet 2018 10:05; Act: 26.07.2018 12:24 Print

«J'ai le sentiment d'avoir fait une grosse bêtise»

Alexandre Benalla a accordé une interview au journal «Le Monde». L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron reconnaît «avoir commis une faute».

storybild

Benalla estime qu'on a cherché à atteindre le président de la République à travers lui. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Alexandre Benalla, l'ex-collaborateur de l'Élysée au cœur de l'affaire qui touche l'exécutif, admet dans une interview au Monde jeudi avoir «commis une faute». «Moi je n'ai pas le sentiment d'avoir trahi le président de la République, j'ai le sentiment d'avoir fait une grosse bêtise. Et d'avoir commis une faute. Mais cette faute, elle est plus d'un point de vue politique: je n'aurais jamais dû aller sur cette manifestation en tant qu'observateur, puis j'aurais peut-être dû rester en retrait», affirme-t-il, au sujet des faits de violence envers un manifestant le 1er mai, pour lesquels il est mis en examen.

Alexandre Benalla dénonce aussi «une volonté d'atteindre le président de la République».«Je dis pas que j'ai servi de fusible, je dis juste que ça a servi plusieurs intérêts, un intérêt pour atteindre le président de la République, à un moment pas mal pour lui, une bonne séquence», poursuit l'ex-collaborateur de l'Élysée. Selon lui, l'affaire révélée par Le Monde le 18 juillet «est une façon d'attraper le président de la République par le colbac. J'étais le point d'entrée pour l'atteindre, le maillon faible. Au bout d'un an, il y a des inimitiés qui se créent, il y a des gens qui ne supportent pas que vous ne fassiez pas partie du club, que vous ne soyez pas énarque, sous-préfet... Je pense que si j'avais eu un tel statut et qu'il s'était passé ce qui s'est passé le 1er mai, les choses auraient été différentes».

Benalla accuse un haut gradé d'avoir menti

«On a essayé de m'atteindre, de me tuer, et c'était l'opportunité aussi d'atteindre le président de la République», insiste-t-il: «Les faits, je les assume, je ne suis pas dans la théorie du complot, c'est la réalité. Sur ce qui s'est passé après, je suis beaucoup plus réservé. Il y a énormément de gens qui se frottent les mains en se disant: "Ça y est, on s'est débarrassé de lui, il ne va plus nous emmerder, c'est fini"». Selon M. Benalla, «les gens qui ont sorti cette information sont d'un niveau important (...) des politiques et des policiers. Et je ne pense pas (au ministre de l'Intérieur Gérard) Collomb en qui j'ai confiance, je ne suis personne pour lui. Mais il y a des gens qui travaillent autour de lui qui auraient pu...».

Dans son interview au Monde, Alexandre Benalla a aussi accusé le directeur de l'ordre public de la préfecture de police de Paris, Alain Gibelin, d'avoir menti en affirmant n'avoir appris sa présence à la manifestation que le lendemain. Interrogé lundi par la commission d'enquête de l'Assemblée, Alain Gibelin a rapporté un échange par téléphone le 2 mai avec le préfet de police, Michel Delpuech, au cours duquel il lui avait assuré être «dans la totale ignorance de la présence de M. Benalla sur le terrain» la veille.

«Ce n'est pas vrai. On a déjeuné quelques jours avant avec le général Bio-Farina (commandant militaire de l’Élysée). C'était une réunion de travail à propos des policiers qui font la sécurité autour du palais. À la fin de ce déjeuner, il m'a demandé si je venais toujours le 1er mai et si j'avais reçu l'équipement que je devais recevoir», affirme Alexandre Benalla. Les accusations de l'ex-collaborateur de Macron corroborent les propos tenus mercredi devant la commission d'enquête de l'Assemblée par le général Éric Bio-Farina.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • zorro le 26.07.2018 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le mec avait tous...logementet voiture de fonction. salaire très élevé et on ne sait même pas pourquoi. oui stupide davoir fait ca

  • histoire de le 26.07.2018 17:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La France se résume bien par : un roi, son royaume et les pauvres qui se font dilapidé. Macron en disant : "qu'ils viennent me chercher" c'est donc bien prit pour un roi, la France mérite que sa population se réveille et nettoyer toute cette dictature moderne !

  • Jean Marc le 26.07.2018 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a beaucoup de choses louches comme par exemple : 26 ans et deja Lieutnant Colonel ? Roland Gilles est le plus jeune et encore il etait pas reserviste. Donc comment ce schlabo(schlabo = planqué , therme de la legion étrangere) a pu devenir si vite Lt.Col ?

Les derniers commentaires

  • Benylux le 27.07.2018 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Benalla simple gendarme réserviste qui passe Lt colonel en quelques mois bravo L'Elysée .Cela devient la gendarmerie d'opérette c'est une insulte pour l'arme de gendarmerie.

    • bobo énervant le 27.07.2018 10:44 Report dénoncer ce commentaire

      Il s'agit d'un grade temporaire qui ne donne aucune prérogative de commandement et dont il ne peut se prévaloir comme un officier d'active; il a reçu ce grade en intégrant un groupe de 74 personnes faisant office de consultant à la demande de la gendarmerie lorsqu elle ne dispose pas de ces ressources en interne.le même dispositif existe dans d'autres corps de l'état comme la défense

  • Bigbill le 27.07.2018 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Désolé, mais ce couple interpellé de façon « musclée » jetait des objets sur la police. Ce n’étaient pas de braves retraités manifestant de façon pacifique. Quand on joue avec le feu, on peut s’en mordre les doigts. Le reste, c’est une autre histoire.

    • @Bigbill le 27.07.2018 11:05 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'était pas à Benalla d'intervenir mais à la police qui était en nombre et sur place.Benalla n'en était pas à son coup d'essai puisqu'il était"déguisé" en policier sans en avoir la fonction:

  • rêveur le 27.07.2018 02:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quand maintenant on voit FN, LR et FI ensemble , vivement les vacances on parlera enfin de vrai sujets pour France heureusement, on est Champion du Monde * *

    • @rêveur le 27.07.2018 11:13 Report dénoncer ce commentaire

      Vous n'êtes pas un "rêveur" mais ce qu'adorent les politiques:quelqu'un qui ne s'occupe que de sa petite personne,ce qui semble être un "vrai" sujet!

  • Vincent le 26.07.2018 22:50 Report dénoncer ce commentaire

    Bon allez c‘est réglé, Benaplusla

    • @Vincent le 27.07.2018 11:14 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'est que l'arbre qui cache la forêt

  • Mélania le 26.07.2018 21:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il a surtout pris la grosse tête cet homme imbus de lui même!!!