En France

28 mai 2018 14:34; Act: 28.05.2018 14:52 Print

Jugé pour avoir tué le braqueur de sa bijouterie

Un bijoutier niçois est jugé pour «homicide volontaire», après avoir tiré sur un jeune homme qui venait de braquer son commerce, en 2013.

storybild

Le bijoutier Stéphane Turk est jugé pour homicide volontaire. (photo: AFP/Valery Hache)

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai un passé honnête, c'est tout parti en 3 minutes à cause de voyous qui m'attaquent»: dès l'ouverture de son procès lundi à Nice, le bijoutier Stéphane Turk a nié avoir voulu tuer le jeune qui venait de braquer sa boutique en septembre 2013.

«J'avais peur de mourir, j'ai tiré instinctivement», a-t-il assuré devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes, qui le juge jusqu'à vendredi pour homicide volontaire et détention illégale d'arme. Au moment des faits, le commerçant, qui avait déjà été cambriolé par le passé, avait reçu le soutien d'une partie de l'opinion publique et de la classe politique, qui s'étaient emparés du fait divers pour manifester leur exaspération face à la délinquance.

À l'occasion de ce procès, le Front national a de nouveau fait part de son soutien à M. Turk. Accusé d'avoir tiré dans le dos de son agresseur qui s'enfuyait avec le butin à bord d'un scooter conduit par un complice, Stéphane Turk, né à Beyrouth, naturalisé français et âgé aujourd'hui de 72 ans, encourt 30 ans de réclusion.

(L'essentiel/afp)