Mort de Johnny

06 décembre 2017 15:20; Act: 06.12.2017 16:41 Print

L'absence de son père a marqué toute sa vie

Johnny Hallyday n'a jamais vraiment renoué avec la Belgique, le pays de son père, comme l'illustre sa bataille controversée pour acquérir la nationalité belge, avant de renoncer.

storybild

Léon Smet, en 1984. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Johnny Hallyday, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, n'a jamais vraiment renoué avec la Belgique, le pays de son père qui l'a abandonné après sa naissance, comme l'illustre sa bataille controversée pour acquérir la nationalité belge avant de finalement renoncer, il y a dix ans. «Je l'ai inventé tout entier/Il a fini par exister/Je l'ai fabriqué comme j'ai pu/Ce père que je n'ai jamais eu», a chanté «l'idole des jeunes» qui n'a jamais fait mystère de cette blessure inconsolée.

«Ne pas avoir eu de père a marqué toute ma vie. La déchirure...», écrit Johnny, né le 15 juin 1943, à Paris, dans son autobiographie. Léon Smet - un artiste de cabaret bruxellois proche des Surréalistes, monté à Paris avant la Seconde Guerre mondiale - a déserté le foyer familial huis mois après la naissance de son fils, qu'il a d'ailleurs tardé à reconnaître à l'état-civil. En réalité, Jean-Philippe Smet, le nom de Johnny, sera élevé par sa tante paternelle belge Hélène, qui vivait alors à Paris avec son mari et ses deux filles. Le petit garçon déménagera ensuite avec cette famille d'artistes à Londres, où ses deux cousines étaient devenues danseuses de music-hall.

Alcoolique, séducteur et ingérable

Léon Smet revient ensuite à Bruxelles, où il ouvre une école d'art dramatique, mais sans jamais vraiment reprendre contact avec son fils. «Toute ma vie, j'ai été obsédé par l'absence de mon père, jusqu'à sa mort. Je ne l'ai pas connu, sinon dans des moments désagréables. Il était alcoolique, séducteur, ingérable et un grand artiste, comme me l'avait un jour confié Serge Reggiani, qui l'avait eu comme professeur de comédie à Bruxelles», a raconté Johnny au Journal du dimanche en 2014.

«Ça ne m'a pas empêché de pleurer à ses funérailles», le 20 novembre 1989, au cimetière de Schaerbeek, à Bruxelles, a confié le chanteur. «Ce jour-là, j'étais le seul à avoir fait le déplacement. Pas une femme, pas un ami. La solitude absolue devant la mort. Je n'aimerais pas finir comme ça!». Cette filiation frustrée a été au cœur d'un feuilleton hypermédiatisé en 2006 et 2007, lorsque Johnny a décidé - à la grande surprise de ses fans - de demander la nationalité belge pour «raisons sentimentales».

«La Belgique, pays de mes racines»

Mais en pleine campagne électorale, le chanteur, qui avait affiché un soutien appuyé au candidat de droite, Nicolas Sarkozy, a été accusé de vouloir par ce biais échapper au fisc français. Johnny Hallyday venait alors de s'installer dans la station de ski huppée de Gstaad, en Suisse, et ses détracteurs lui prêtaient l'intention d'une domiciliation à Monaco, où les Belges jouissent, contrairement aux Français, d'une fiscalité très clémente.

Mais l'affaire se corse rapidement. Faute d'avoir sa résidence principale en Belgique, Johnny doit prouver des «attaches véritables avec la Belgique». Son cas litigieux doit être tranché au plus haut niveau, par la Commission des naturalisations du Parlement belge. «Ma filiation me lie de façon certaine à la Belgique, pays de mes racines», avait fait valoir la star dans une lettre manuscrite adressée aux députés, soulignant qu'il aurait pu lui aussi «être belge le jour de (sa) naissance, en 1943, s'il n'y avait pas eu de discrimination, à cette époque, entre les enfants légitimes et ceux nés hors mariage».

Après 21 mois d'attente et alors que les parlementaires belges doutaient ouvertement de la «sincérité» de sa démarche, Johnny Hallyday avait tout simplement fini par renoncer en octobre 2007. «Je suis Français. Je reste Français. J'ai changé d'avis. On m'a assez traîné dans la boue, avait-il expliqué, ajoutant: «Je me suis demandé ce qu'avait fait, après tout, mon père pour moi. J'ai eu le temps de réfléchir... Je suis très bien comme je suis!».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marco le 06.12.2017 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Paix à son âme , mais il faut quand même signaler un fait . La grande mode pour ces personnes etait de vivre en Suisse pour payer le moins possible d'impôts , or un français ne pouvait pas demander la nationalité suisse avant plusieurs années . En revanche , pour les résidents belges qui venaient s'installer en Suisse , cette demande de nationalité etait acceptée immediatement . C'est une des raisons qui ont poussé le gouvernement belge a refuser la demande de naturalisation belge pour M.Jean Philippe SMET

Les derniers commentaires

  • Marco le 06.12.2017 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Paix à son âme , mais il faut quand même signaler un fait . La grande mode pour ces personnes etait de vivre en Suisse pour payer le moins possible d'impôts , or un français ne pouvait pas demander la nationalité suisse avant plusieurs années . En revanche , pour les résidents belges qui venaient s'installer en Suisse , cette demande de nationalité etait acceptée immediatement . C'est une des raisons qui ont poussé le gouvernement belge a refuser la demande de naturalisation belge pour M.Jean Philippe SMET

    • angelo le 06.12.2017 23:45 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est ni le jour ni le moment de parler de ces choses là , le respect commence là ... tu n'a aucun respect ! mes respect a ça famille †