Alerte en France

19 juin 2017 13:09; Act: 19.06.2017 14:15 Print

L'homme arrêté faisait du trafic de bonbonnes de gaz

Le propriétaire de la voiture aux 14 bouteilles de gaz, qui a déclenché une opération de déminage, vendredi, en Isère, avait volé les bouteilles à son employeur pour les revendre.

storybild

La découverte de ces quatorze bouteilles de gaz dissimulées sous une bâche avait déclenché une vaste opération de déminage, vendredi, en Isère. (photo: AFP/Philippe Lopez)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le propriétaire de la voiture où la découverte de quatorze bouteilles de gaz dissimulées sous une bâche avait déclenché, vendredi, en Isère, une vaste opération de déminage, volait son employeur pour arrondir ses fins de mois, a-t-on appris lundi, auprès du parquet de Vienne. Interpellé et placé en garde à vue vendredi, l'homme de 27 ans, employé dans une société de transport de marchandises dont des bouteilles de gaz, a été déféré dimanche devant un juge, a indiqué lundi Jérôme Bourrier, procureur de la République à Vienne.

«Laissé libre sous contrôle judiciaire», le prévenu, qui n'avait à son casier judiciaire que «quelques antécédents routiers», est «convoqué le 15 septembre devant le tribunal correctionnel de Vienne pour répondre de vol», a précisé le magistrat. Il volait son employeur pour, selon ses déclarations aux enquêteurs, «revendre ces bouteilles dans des snacks de la région lyonnaise», a ajouté M. Bourrier. L'employeur du jeune homme souhaitait déjà le licencier, mais pour un autre motif.

Le signalement par un riverain de Chasse-sur-Rhône, alerté par une odeur de gaz qui se dégageait d'une voiture garée où de nombreuses bouteilles de butane étaient cachées, avait provoqué le déploiement d'une centaine de gendarmes, d'un hélicoptère et d'une équipe de démineurs. Ces derniers avaient toutefois rapidement «levé le doute» et assuré qu'il n'y avait pas détonateur couplé aux bonbonnes. Deux cents personnes avaient été évacuées par précaution. La présence sur le territoire de la commune de plusieurs usines classées Seveso (NDLR: sensibles) avaient dans un premier temps inquiété, mais la voiture était garée trop loin pour que cela puisse représenter un danger.

(L'essentiel/AFP)