En France

07 novembre 2017 14:24; Act: 07.11.2017 15:56 Print

La centrale de Fessenheim fermera avant 2022

Le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a confirmé ce mardi, la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne pendant le quinquennat du président Macron.

storybild

Exploitée depuis 1978, la centrale nucléaire de Fessenheim doit fermer bientôt. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Nicolas Hulot, ministre français de la Transition écologique, a confirmé mardi la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim «pendant le quinquennat» du président Macron, c'est-à-dire avant mai 2022. Pour l'instant, la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim est la seule actée par les autorités françaises et la date de 2019 est avancée.

Pour le reste de la réduction de la dépendance nucléaire de la France, Nicolas Hulot a estimé que le pays ne pourrait pas ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025 comme prévu dans la loi de transition énergétique, évoquant la nécessité de fixer une «date réaliste».

«Au détriment de la fermeture de centrales à charbon»

«Il sera difficile de tenir ce calendrier de 2025, sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles», a déclaré le ministre de la Transition écologique et solidaire, à l'issue du Conseil des ministres. «Le gouvernement a réaffirmé très clairement son souhait d'atteindre au plus vite l'objectif de 50% de la part du nucléaire mais évidemment sans sacrifier ou rogner nos objectifs sur le changement climatique», a-t-il poursuivi.

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit de ramener de 75% à 50% d'ici à 2025 la part de l'atome dans la production d'électricité française, un objectif qui avait été fixé après des mois d'âpres débats au Parlement. «Ça se ferait au détriment de la fermeture des centrales à charbon et probablement que si l'on voulait s'acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d'autres centrales thermiques», a souligné Nicolas Hulot. Le ministre a expliqué qu'il préférait prendre le temps pour trouver une «date réaliste» pour que le nucléaire descende à 50%. «Tout cela va prendre quelques mois, et en fonction de ça nous fixerons une nouvelle date», a-t-il indiqué.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marina le 07.11.2017 16:42 Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal et intelligent; d'abord les centrales au charbon, puis les autres énergies fossile puis seulement le nucléaire.

  • Pascal le 07.11.2017 21:52 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle belle blague de dire "on va fermer une centrale"Le problème c'est de la démanteler.Fermée depuis presque des dizaines d'années la mini centrale de Brénilis ,en Bretagne, en est l'exemple impossible !

  • Mimile le 07.11.2017 22:38 Report dénoncer ce commentaire

    Une vieille centrale, construite dans une région sismique, et située sur un des plus importants fleuves d'Europe en amont de plusieurs grandes villes. Sa fermeture est logique, surtout dans un contexte où les énergies renouvelables deviennent de plus en plus compétitives.

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 09.11.2017 10:23 Report dénoncer ce commentaire

    L 'Electricité produite en France provient à 90% du nucléaire. Ce n'est pas demain que la transition énergétique prendra le relais. Les doux reveurs avec l éolien ,le photovoltaique,peuvent encore cauchemarder.

  • Mimile le 07.11.2017 22:38 Report dénoncer ce commentaire

    Une vieille centrale, construite dans une région sismique, et située sur un des plus importants fleuves d'Europe en amont de plusieurs grandes villes. Sa fermeture est logique, surtout dans un contexte où les énergies renouvelables deviennent de plus en plus compétitives.

  • Pascal le 07.11.2017 21:52 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle belle blague de dire "on va fermer une centrale"Le problème c'est de la démanteler.Fermée depuis presque des dizaines d'années la mini centrale de Brénilis ,en Bretagne, en est l'exemple impossible !

  • yann le 07.11.2017 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la centrale est vieille et pourrait arriver là même chose que tchernobyl elle devrait déjà être fermer il y a des gens qui travaille mais si arrivait un malheur ce serait 1000 fois pire

  • Jean II le 07.11.2017 17:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vivement les grands froids , on verra après quelle énergie sera la grande gagnante !