Affaire Maëlys en France

19 décembre 2017 11:10; Act: 19.12.2017 14:59 Print

La garde à vue de Nordahl Lelandais prolongée

La garde à vue du meurtrier présumé de la petite Maëlys en Isère, a été prolongée mardi, dans le cadre de l'enquête sur la disparition mystérieuse d'un jeune militaire en avril.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

Nordahl Lelandais, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de la petite Maëlys, qui n'a toujours pas été retrouvée, avait été placé en garde à vue lundi, à 10h30, sur commission rogatoire du juge d'instruction de Chambéry. Les enquêteurs s'interrogent sur son éventuelle implication dans la disparition, dans la nuit du 11 au 12 avril, d'Arthur Noyer, 24 ans, caporal du 13e BCA de Chambéry (Savoie).

Le jeune chasseur alpin avait été vu pour la dernière fois vers 4h du matin, alors qu'il faisait du stop dans une rue de Chambéry, après avoir passé la soirée dans une discothèque d'un quartier animé de la ville. Le parquet de Chambéry avait ouvert une enquête le 20 avril, pour enlèvement et séquestration sans libération avant le 7e jour.

Aucune nouvelle du caporal Noyer

Les investigations sur les supports informatiques de Nordahl Lelandais ont montré des recherches effectuées sur Internet sur la manière de faire disparaître un corps, à une date coïncidant avec la disparition d'Arthur Noyer, a-t-on appris de source proche de l'enquête, confirmant des informations du Parisien et du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Selon une autre source, ces recherches ont été «postérieures à la disparition». Par ailleurs, ce soir-là d'avril, les téléphones de Nordahl Lelandais et du militaire ont «borné» au même endroit et au même moment. Puis le téléphone du caporal Noyer s'est éteint en fin de nuit, approximativement vers 5h du matin, a ajouté la première source.

Trois mois après la disparition de Maëlys lors d'une soirée de mariage à Pont-de-Bonvoisin, commune limitrophe de la Savoie, Nordahl Lelandais avait été mis en examen pour meurtre, le 30 novembre. Il nie toujours toute implication dans cette affaire. Dans les deux enquêtes, qui se déroulent dans un périmètre d'une trentaine de kilomètres, les enquêteurs ont perquisitionné le domicile de ses parents à Domessin (Savoie), où il résidait avant son incarcération, le 3 septembre.

(L'essentiel/afp)