France

13 juin 2018 09:15; Act: 13.06.2018 10:05 Print

Le forcené de Paris a été interné en psychiatrie

L'homme qui avait pris en otage deux personnes mardi, en fin de journée, a été hospitalisé dans un hôpital psychiatrique.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme arrêté mardi après une prise d'otages de quatre heures, dans un immeuble à Paris, a été transféré dans la nuit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, a annoncé mercredi une source judiciaire. Ce jeune de 26 ans avait été interpellé mardi lors de l'assaut mené peu avant 20h par la police dans un immeuble du Xe arrondissement de la capitale française, où cet homme né au Maroc retenait depuis 16h deux otages. Ces derniers ont été libérés sains et saufs.

Connu pour de la «petite délinquance», il n'est pas fiché pour radicalisation islamiste, avait indiqué mardi soir le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb. Le ministre a décrit un «individu plutôt déboussolé psychologiquement, parce qu'il faisait référence à des tas de sujets totalement différents». L'homme a été «légèrement blessé» lors de son interpellation, selon une source proche du dossier. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour enlèvement et séquestration, violences avec arme, détention d'arme, menace de crime ou de délit et tentative d'homicide volontaire.

Femme aspergée d'essence

L'homme était retranché dans un local d'une entreprise au fond d'une cour de la rue des Petites Écuries, connue pour ses bars et restaurants. En pénétrant dans le local après avoir entamé des négociations, les policiers ont repéré la présence d'essence et n'ont pas utilisé leurs armes, selon une source proche de l'enquête.

Le forcené tenait un couteau sous la gorge d'une femme prise en otage, qui était aspergée d'essence, et la BRI a réussi à le maîtriser sans que la femme ne soit blessée, selon cette même source. L'autre personne retenue, un homme, avait été menotté, a ajouté une autre source.

«Il pourrait s'agir d'un déséquilibré aux motivations encore floues», avait expliqué une source policière. Le forcené a «tenu des propos pas très compréhensibles évoquant l'ambassade d'Iran puis le gouvernement», selon une autre source policière.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cétrofor le 14.06.2018 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Une prise d'otages qui n'avait rien d'improvisée.Pour un"dingue" il avait quand même "oublié" de s'asperger lui-même d'essence ce qui démontre sa lucidité.

Les derniers commentaires

  • cétrofor le 14.06.2018 14:57 Report dénoncer ce commentaire

    Une prise d'otages qui n'avait rien d'improvisée.Pour un"dingue" il avait quand même "oublié" de s'asperger lui-même d'essence ce qui démontre sa lucidité.