«Gilets jaunes»

20 avril 2019 18:17; Act: 20.04.2019 18:19 Print

Nouvelles violences à Paris lors de l'acte XXIII

Des heurts ont éclaté samedi après-midi dans la capitale française lors des manifestations des «gilets jaunes».

Paris est l'épicentre de l'acte 23 des gilets jaunes.

Sur ce sujet
Une faute?

Mobilisés depuis plus de cinq mois en France, les «gilets jaunes» ont manifesté samedi pour le 23e samedi consécutif. La journée a été marquée par de nouvelles échauffourées à Paris.

Ils étaient 9600 à 14h00 dans toute la France, dont 6700 à Paris, des chiffres en hausse par rapport à la semaine précédente, selon le ministère de l'Intérieur. Samedi dernier, à la même heure, ils étaient 7500, dont 1300 dans la capitale. Au final, le ministère avait recensé 31 000 manifestants à travers l'Hexagone, selon des chiffres officiels régulièrement contestés par les manifestants.

Dans le centre de Paris, plusieurs milliers de personnes avaient commencé à défiler à la mi-journée dans le calme, sous un grand soleil, pour réclamer davantage de pouvoir d'achat et de justice sociale.

Echauffourées

Mais en début d'après-midi, des échauffourées ont éclaté dans la manifestation parisienne, près de la place de la Bastille. Un peu plus loin, aux abords de la place de la République, la tension a resurgi et les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et procédé à plusieurs charges.

Au milieu de scooters incendiés, des manifestants jetaient bouteilles et autres projectiles dans leur direction. Certains criaient «Suicidez-vous, suicidez-vous», faisant référence à la vague de suicides sans précédent qui frappe la police nationale depuis le début de l'année.

Plus de 60 000 policiers et gendarmes ont été déployés dans tout le pays et des lieux symboliques interdits préventivement, à commencer par les abords de la cathédrale Notre-Dame. Sur les Champs-Elysées, également interdits, les forces de l'ordre filtraient les passants. La célèbre avenue avait été saccagée le 16 mars.

Crainte des «casseurs»

Les autorités appréhendaient cette semaine la présence de «casseurs». Dans un tweet, la préfecture de police a appelé les manifestants à se «désolidariser des groupes violents». A la mi-journée, la police avait procédé à Paris à plus de 11 000 contrôles préventifs. A 13h00, 110 personnes avaient été placées en garde à vue dans la capitale, selon le parquet. A Bordeaux, traditionnelle place forte du mouvement, une petite foule défilait sur un itinéraire canalisé par des forces de police très mobiles, bloquant les accès à l'hypercentre, ce qui provoquait quelques face-à-face tendus.

«On vient depuis le début, pour les injustices, la pauvreté», dit Loïc, chef d'entreprise manifestant en famille. «Il y a moins de monde que d'habitude», notait-il. A Toulouse, des milliers de personnes se sont rassemblées en début d'après-midi place Jean-Jaurès, précédées par des dizaines de motards en gilet jaune. «J'ai la trouille, mais ça ne va pas m'arrêter de venir», assure Claudine Sarradet, retraitée de l'éducation nationale.

«N'oubliez pas les misérables»

Ce samedi, les manifestants s'étaient principalement donné rendez-vous dans la capitale à l'orée d'une semaine où Emmanuel Macron doit dévoiler ses réformes tirées du grand débat national. Attendue lundi dernier, l'annonce par le président Macron des grandes pistes de réformes avait été différée en raison de l'incendie à Notre-Dame.

Cette communion nationale autour de Notre-Dame a suscité des grincements de dents chez certains «gilets jaunes», notamment face aux promesses de dons de centaines de millions d'euros des plus grandes fortunes françaises pour aider à la reconstruction. «C'est une bonne chose, cet argent pour Notre-Dame. Mais quand on voit ce qu'on peut débloquer en quelques heures...», résumait Jean François Mougey, retraité de la SNCF. «Victor Hugo vous remercie pour Notre-Dame de Paris, mais n'oubliez pas les misérables», proclamait une banderole, reprenant le tweet humoristique du romancier Ollivier Pourriol.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zaza le 20.04.2019 21:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Euh si ce sont encore ces mêmes personnes qui essayent de se faire entendre. Bien hélas des radicaux ou des casseurs se mêlent sans cesse au mouvement. Mais depuis des mois des gilets jaunes défendent des convictions de valeur avec leurs moyens comme des sitting aux ronds points etc.. Quand on sait que certains retraités ont travaillé toutes leur vie avec des salaires corrects et se retrouvent aujourd'hui à se serrer la ceinture c'est inadmissible ! Bon nombre d'eux ne peuvent même plus se payer une maison de retraite, partir en vacances, se faire des plaisirs ! Cela n'est pas normal !! Alors avant de critiquer, il faut venir vivre comme la classe moyenne française !

  • cyrixx le 20.04.2019 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vous avez raison bigbill, interdisons toute manifestation. Et dans la foulée interdisons les journalistes indépendants qui osent prendre des photos de nos forces de l'ordre dans des postures gênantes...

  • maldini le 20.04.2019 22:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien vrai bigbill Cela ne ressemble plus à rien au début c'était le prix du carburant et le pouvoir d'achat, maintenant ils ne savent même plus pourquoi ils manifestent.

Les derniers commentaires

  • realite le 21.04.2019 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Sam quel bon collabo vous auriez fait en 39

  • realite le 21.04.2019 13:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ma mère a travaillé toute sa vie pour toucher 800€ de retraite ! On se moque de qui ?

    • porcinet le 21.04.2019 16:37 Report dénoncer ce commentaire

      elle touche autant qu'elle a côtisée

  • gege57 le 21.04.2019 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Zaza je suis tout à fait d accord avec toi Zaza .seule la classe moyenne peut comprendre les difficultés que l on perçoit. c est quand même grave de tout juste réussir à vivre alors qj on travaille et gagne dignement notre argent. mais j en veux autant aj gouvernement qui ne bouge pas mais aussi au grand centre commercial qui se font des marges de fou et modifie les prix au bon vouloir .tout a augmenté sauf notre paye .

  • gege57 le 21.04.2019 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @bigbill on est pas au Luxembourg pour interdire une manifestation ou grève. les gens ont le droit en France si tout est fait dans l ordre et le respect de la loi

  • macaron le 21.04.2019 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d’accord avec zaza ! Il y a vraiment un gros problème dans ce pays ! Les pauvres personnes âgées qui ne peuvent même plus finir les fins de mois alors qu’ils ont bossé toute leur vie ! J’avoue que ce mouvement a mauvaise réputation mais je respecte leur courage et leur volonté de défendre une opinion pour le changement ! Une meilleure répartition des richesses en France pour les travailleurs méritants ne ferait pas de mal ! Il est grand temps que les grands riches donnent plus aux travailleurs !