Figure française

01 juillet 2018 13:57; Act: 01.07.2018 14:02 Print

Ultime hommage rendu à Simone Veil au Panthéon

Cette «figure de la République» française n'est que la cinquième femme à avoir l'honneur d'être inhumée au Panthéon.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un ultime hommage à Simone Veil a débuté dimanche matin au Panthéon à Paris. Cette figure de la vie politique française et européenne, survivante des camps nazis, y reposera désormais, avec son mari, au milieu des grands noms de l'Histoire de France.

Peu avant 10h30, les cercueils de Simone et Antoine Veil ont quitté le Mémorial de la Shoah où les Français ont rendu hommage à l'ancienne déportée durant 48 heures. Sous les applaudissements d'anonymes, ils ont rejoint une place où, posés sur des catafalques, ils devaient remonter lentement jusqu'au Panthéon sur un long tapis bleu, la couleur symbole de «la Paix, l'entente entre les peuples et, bien sûr, l'Europe», selon l'Élysée qui supervise la cérémonie.

Sur le parcours, plusieurs femmes portaient des t-shirts barrés d'un «Merci Simone», a constaté une journaliste de l'AFP. «Elle a brisé tous les plafonds de verre, celui de la place des femmes dans la société, mais aussi celui de l'extermination des juifs: c'était un tabou qu'elle a brisé», a expliqué un badaud devant le Mémorial, Bernard Greensfeld. «Elle n'entre pas au Panthéon en tant que victime de la Shoah, mais comme quelqu'un qui a vaincu cette horreur, et c'est pour ça qu'elle est dans le coeur des gens», a-t-il encore estimé.

Mémoire de la déportation

Simone Veil entre au Panthéon un an après son décès, le 30 juin 2017 à l'âge de 89 ans, un délai extrêmement court par rapport aux 76 «grands hommes» qui l'ont précédée dans la nécropole laïque.

La cérémonie a accordé une grande place au souvenir des drames vécus pendant la Seconde Guerre mondiale par cette rescapée de la Shoah, qui a perdu ses parents et son frère en déportation.

Simone Veil avait été déportée au camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau à 16 ans par le convoi n°71 du 13 avril 1944, parmi 1500 juifs.

Cinquième femme au Panthéon

Simone Veil n'est que la cinquième femme à être inhumée au Panthéon. En 1992, il n'y en avait aucune, ce qui avait provoqué son dépit. «Qu'il n'y ait aucune femme au Panthéon, c'est nier ce que dans le passé les femmes ont apporté à la patrie. Mais c'est aussi presque nier ce que les femmes apportent aujourd'hui et ce que l'on peut espérer qu'elles apporteront dans l'avenir», avait-elle déclaré à la télévision.

Les enfants de Simone Veil se réjouissent que l'Elysée ait donné son accord pour que leur mère repose au côté de son époux Antoine, avec lequel elle a partagé 67 ans de vie conjugale.

(L'essentiel/afp)