Fusillade aux Champs-Élysées

20 avril 2017 23:39; Act: 21.04.2017 00:06 Print

Un policier tué, le parquet antiterroriste saisi

Un policier est mort et deux autres ont été blessés lors d’une fusillade ce jeudi soir sur les Champs-Élysées. L’État islamique a revendiqué l’attaque dans la soirée.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

À trois jours d’une élection présidentielle sous haute surveillance en raison de la menace jihadiste, un policier a été tué et deux autres grièvement blessés jeudi vers 21h lors d’une fusillade sur les Champs-Élysées, à Paris. Une passante a aussi été touchée. L’auteur des coups de feu a été abattu par la police. L’attaque a été revendiquée, en fin de soirée, par l’État islamique.

«L’agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l’arme automatique, a tué l’un des policiers et a essayé de s’en prendre aux autres en courant» avant d’être tué, rapporte une source policière. Le quartier commerçant, en plein cœur de Paris, a été bouclé et d’importantes forces de police ont été déployées. Dans le même temps, une perquisition a été menée au domicile de l’assaillant, en banlieue parisienne. Un avis de recherche a aussi été lancé pour retrouver un complice présumé, qui venait de Belgique par le Thalys.

«On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols»

Choukri Chouanine, gérant d'un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente aux Champs-Élysées, a raconté avoir entendu une «fusillade brève» mais avec «beaucoup de tirs». «On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols», a-t-il ajouté. Un autre témoin, qui n'a pas voulu donner son nom, a expliqué qu'il se trouvait à «dix mètres» de la fusillade.

«On a entendu des tirs comme une pétarade et on a vu une attaque sur des policiers, on est partis en courant», a-t-il dit. «C'était la panique au métro Franklin-Roosevelt, les gens couraient dans tous les sens», a raconté une femme qui se trouvait aux abords des Champs-Élysées.

Lors d’une allocution télévisée après une réunion de crise, le président François Hollande a confirmé que «l’attaque était d’ordre terroriste» et que la section antiterroriste du parquet de Paris avait ouvert une enquête.



(L'essentiel avec AFP)