Procès en France

24 avril 2018 10:37; Act: 24.04.2018 13:14 Print

Une directrice imposait la sieste aux WC à une élève

Siestes dans des WC, repas froids, récréations obligatoires par 0°C: la directrice de l'École Montessori en Beaujolais, qui nie les atteintes physiques, fait face à la justice.

storybild

La directrice de l'établissement risque une peine de huit mois avec sursis avec interdiction d'exercer pendant cinq ans. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône jugeait la directrice et une éducatrice de l'École Montessori en Beaujolais pour «violences sans incapacité sur mineurs de moins de 15 ans par une personne ayant autorité». Des accusations qui ébranlent les principes bienveillants de la pédagogie Montessori. Après une audience de près de 11 heures, le procureur a requis une peine de huit mois avec sursis avec interdiction d'exercer pendant cinq ans à l'encontre de la directrice; et quatre mois avec sursis et trois ans d'interdiction d'exercer pour l'éducatrice.

«Délire collectif?», «complot?»: «non!», a justifié le procureur. Ces enseignantes, confrontées souvent à des enfants en difficulté, «ont été débordées, et, dans des situations d'énervement, ont pu se livrer à des brutalités sur des enfants très jeunes», a-t-il estimé. Sur les bancs des parties civiles, une quarantaine de parents (pour 18 enfants), dans une salle d'audience pleine à craquer où se sont affrontés pro et anti directrice.

«C'est une mesure d'adaptation»

Camille T., 36 ans, ton assuré, carré châtain clair, nie fermement toute violence: des cous étranglés, des cols tirés, des fessées, selon les témoignages. «C'est contraire à mes convictions». Architecte d'intérieur, elle s'est formée à cette pédagogie alternative avant d'ouvrir cette école hors contrat en 2013. Une école peut se revendiquer librement Montessori et les éducateurs n'ont aucune obligation de passer par l'Éducation nationale.

Les crispations se sont concentrées autour de quelques événements et notamment plusieurs siestes - sept selon l'accusée - pour une fillette de 4 ans présentant un handicap, dans un local avec WC sans fenêtre, porte fermée. «Cette enfant dormait dans cette pièce, alors qu'elle ne dormait pas avec les autres (...). Pour moi, ce n'est pas une violence, c'est une mesure d'adaptation», affirme la trentenaire, qui parle de jalousies et de complot de certains parents. Et puis, ajoute-t-elle, la maman «rejette le handicap de sa fille» et ne la garde pas pour la sieste alors qu'elle ne travaille pas... Indignation dans la salle.

«On dirait un gourou»

Confirmez-vous avoir laissé des enfants en recréation dans le froid alors qu'ils demandaient à rentrer?, interroge le président. Ils «n'ont pas été deux heures dans le froid, on les sort parce qu'ils ont besoin de sortir même s'il fait froid», rétorque Béatrice B., l'éducatrice de 25 ans. Les enfants ont-ils été privés de repas, de dessert? Non, ils ont pu être décalés, explique la directrice. «Un enfant énervé qui jette de la purée sur les murs, on le sort pour qu'il se défoule». Les repas froids? Il s'agit d'«un enfant qui ne s'alimente pas, très difficile», dit-elle.

Une poignée de parents, cités par la défense, sont venus témoigner du bien qu'ils pensaient de l'établissement. Ma fille «avait perdu confiance en elle dans le circuit classique, ici elle a gagné en confiance», dira l'un. «Mes fils m'ont dit qu'ils se suicideraient si elles ne revenaient pas», confiera un autre. «On dirait un gourou», raille l'avocate de l'association Enfance et Partage, Me Karine Collomb, qui reconnaît à la directrice une qualité: «Elle a réponse à tout».

Les parents «ont été trompés» sur les «buts affichés» d'une pédagogie fondée sur la bienveillance, plaidera de son côté l'avocate de l'association l'Enfant Bleu, Me Leila Nemir. L'école reste ouverte. Les deux accusées ne peuvent plus y exercer depuis janvier en raison de leur contrôle judiciaire. Le jugement sera rendu le 22 juin.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ladeux le 24.04.2018 11:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cette pédagogie est très chouette en tout petit groupe. 5 enfants par éducateur. Mais si on fait cela comme au Luxembourg 1 educ 20 gosses souvent non éduqués, pardon mais il y a de quoi rager.

Les derniers commentaires

  • ladeux le 24.04.2018 11:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cette pédagogie est très chouette en tout petit groupe. 5 enfants par éducateur. Mais si on fait cela comme au Luxembourg 1 educ 20 gosses souvent non éduqués, pardon mais il y a de quoi rager.

    • heljo le 24.04.2018 12:43 Report dénoncer ce commentaire

      tu trouves donc cela normal que pour une fillette de 4 ans handicapée on l'a fasse dormir dans des wc sans fenêtre? si c’était ta gamine, tu apprécierais?Même si c'est comme tu dis, des enfants non éduqués, ce n'est pas de leur faute mais celle de leur parents, je sais de quoi je parle, j'en ai 3 en dessous de chez moi, ce n'est pas une raison pour leur affligée cela

    • RamBo le 24.04.2018 13:14 Report dénoncer ce commentaire

      Savons-nous juger ? Moi, non.