Élections en France

18 juin 2017 19:23; Act: 18.06.2017 22:58 Print

Une majorité pour Macron mais abstention record

Le nouveau président français a obtenu une majorité parlementaire écrasante, selon les premières estimations dimanche, obtenant toute latitude pour conduire ses réformes.

storybild

Le tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, est élu à Marseille (sud-est) dimanche et il est l'un des rares à résister à la vague de la République en marche. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le nouveau président français, Emmanuel Macron, a obtenu une majorité parlementaire écrasante, selon les premières estimations dimanche, balayant les autres partis, et obtenant toute latitude pour conduire ses réformes, dans un scrutin toutefois marqué par une abstention sans précédent. Le parti présidentiel La République en marche (REM) et son allié du MoDem remportent de 355 à 403 députés sur 577, largement au-delà de la majorité absolue de 289 sièges, selon les chiffres de différents instituts de sondage. Les six ministres en lice ont du reste été élus ou réélus.

«Nous obtenons une majorité nette mais en même temps les Français n'ont pas voulu signer de chèque en blanc», a commenté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. Inconnu il y a encore trois ans, élu le 7 mai à 39 ans à la tête du pays face à des poids-lourds de la politique, le plus jeune chef d’État qu'ait connu la France a gagné son dernier pari: contrôler l'Assemblée nationale pour lancer de délicates réformes d'inspiration libérales-sociales et renforcer sa position au niveau européen.

Cambadélis démissionne

Mais cette victoire est entachée par le niveau de l'abstention, qui devrait dépasser 56%, selon plusieurs instituts. Ce record historique s'explique par la victoire annoncée du parti présidentiel, un long marathon électoral entamé en octobre dernier avec les primaires de la droite, un désintérêt croissant pour la politique. «Notre peuple est entré dans une forme de grève générale civique», a commenté le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, lui-même élu à Marseille (sud-est) dimanche.

Le mouvement présentiel REM a balayé les partis traditionnels de droite et de gauche qui structurent la vie politique française depuis des décennies, sans cependant parvenir au raz-de-marée annoncé par certains sondages pré-électoraux. Loin derrière, Les Républicains (droite) et leurs alliés centristes obtiennent entre 128 et 130 sièges, après une campagne présidentielle plombée par les affaires de leur candidat François Fillon. À gauche, le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'est réduit à peau de chagrin. Seule consolation, le PS reste de peu la principale force de gauche, avec de 46 à 50 députés, devant la gauche radicale (une trentaine de sièges).

Pas de vague nationaliste

«La défaite de la gauche est incontournable, la déroute du Parti socialiste, sans appel», a reconnu dimanche soir le patron du parti, Jean-Christophe Cambadélis, en annonçant sa démission. Enfin, l'extrême droite française obtiendrait six sièges, contre deux en 2012. La patronne du Front national Marine Le Pen, députée européenne, entre pour la première fois à l'Assemblée nationale française, après une tentative ratée en 2012. Mais le faible nombre d'élus du FN sonne le glas de ses espoirs nés de la vague nationaliste en Europe et du score historique atteint au second tour de la présidentielle.

Ces élections législatives marquent par ailleurs un profond renouvellement, le mouvement REM ayant fait appel à de nombreux nouveaux visages tandis que seuls 222 députés sortants étaient qualifiés pour le second tour.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lol ! le 18.06.2017 20:24 Report dénoncer ce commentaire

    Macron, élu sans être élu !

  • Consult le 18.06.2017 21:58 Report dénoncer ce commentaire

    au moins il n'aura aucune excuse si çà ne marche pas !

  • Franck le 19.06.2017 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Le vote devrait être obligatoire en France! ça se plaint toujours, mais ça ne vote pas...ou peu...

Les derniers commentaires

  • Franck le 19.06.2017 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Le vote devrait être obligatoire en France! ça se plaint toujours, mais ça ne vote pas...ou peu...

  • realite le 19.06.2017 06:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @lol! +1

  • Consult le 18.06.2017 21:58 Report dénoncer ce commentaire

    au moins il n'aura aucune excuse si çà ne marche pas !

  • Lux le 18.06.2017 20:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez go ! Emanuel montre nous ( les autres pays d'Europe) que la France sait et veux faire avec DEMAIN !! J'ai rien à faire avec les Français ou avec la France mais tu m'apportes bcp d'espoir pour vous la France ! Du nouveau, oui car nous sommes en 2017 et avons le besoin d'épauler les enfants de demain ( trop gâtés d'aujourd'hui ! ( comme nous!)

  • Un électeur le 18.06.2017 20:44 Report dénoncer ce commentaire

    Bon, tout était donné d'avance. Plus besoin de se déplacer..... Maintenant, à toi de jouer Emmanuel. Et pas d'entourloupe s'il te plaît !