Décès de Johnny Hallyday

09 décembre 2017 13:02; Act: 09.12.2017 13:08 Print

Adeline cible d'insultes violentes sur Facebook

L'ex-épouse du chanteur a honoré sa mémoire de manière discrète sur le réseau social. Outrés, les fans du défunt ont rappelé à la comédienne qu'elle l'accusait de l'avoir violée.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Pas un mot, juste un cadre noir. Sur Facebook, Adeline Blondieau a rendu hommage à Johnny Hallyday de manière sobre et discrète, changeant simplement sa photo de profil. Certains internautes croient y voir un clin d'œil à la chanson «Noir, c'est noir», mais de nombreux fans du chanteur ont très mal pris cette initiative, la jugeant totalement déplacée, relève LCI. Certains commentaires adressés à la quadragénaire, traitée de «garce», de «crevarde» de «vipère» ou encore de «charognarde», sont extrêmement violents.

«Pitié, j'aurais honte de me regarder dans une glace à votre place», a commenté une utilisatrice de Facebook. «Vous ne devriez pas la ramener!!! Quelle honte!», s'est indigné un autre internaute. «Mais c'est qui au juste cette fille qui profite de la mort de son ex-mari pour se faire de la pub», a ajouté quelqu'un d'autre.

Adeline Blondieau s'est mariée à deux reprises avec Johnny Hallyday. Une première fois de juillet 1990 à juin 1992, et une seconde fois d'avril 1994 à mai 1995. Pour comprendre la raison de ce déferlement de haine sur Facebook, il faut remonter quelques années en arrière.

«Il m'a violée quand j'avais 14 ans, 15 ans»

En février 2013 paraît l'autobiographie explosive du rocker, intitulée «Dans mes yeux» et rédigée avec l'aide de l'écrivain Amanda Sthers. Dans ce livre, Johnny Hallyday égratigne sérieusement son ex-femme, la qualifiant d'«hystérique» et l'accusant de l'avoir «cocufié». Verte de rage, la comédienne fait condamner la maison d'édition Plon, qui doit lui verser un euro symbolique de dommages et intérêts. Adeline Blondieau persiste et signe: elle porte plainte contre son ex-mari pour diffamation.

En pleine audience en septembre 2015, la comédienne accuse Johnny Hallyday d'agression sexuelle. «Il m'a violée quand j'avais 14 ans, 15 ans, chez mes parents. (...) Il a abusé de moi. On n'en a jamais parlé lui et moi», déclare-t-elle, évoquant «un secret très violent, mais qui nous liait aussi d'une certaine façon». Le chanteur n'est pas présent au tribunal, et son avocat déclare qu'il ne «commentera pas ses nouvelles déclarations calomnieuses et grossières». Deux mois plus tard, Adeline Blondieau est déboutée.

«Qui sommes-nous pour juger Adeline?»

La justice estime en effet que les passages accusant la comédienne d'avoir été infidèle ne peuvent pas être considérés comme diffamatoires. «L'évolution des mœurs depuis plusieurs dizaines d'années ne permet plus de considérer une telle attitude comme portant atteinte à l'honneur ou à la considération», décrètent les juges. En appel, Adeline Blondieau l'emporte en juin 2016. Hallyday et la maison d'édition doivent lui verser 2 500 euros de dommages et intérêts. Le chanteur décide de ne pas donner suite aux accusations de viol proférées par son ex-femme.

Sur Facebook, de nombreux internautes cependant ont tenu à prendre la défense de la quadragénaire. Ça restera l'homme avec qui elle partagé sa vie même s'ils ont eu des conflits, je comprends qu'elle soit triste, a commenté une certaine Sarah. Vous ignorez ce qu'ils ont vécu, ce qu'ils ont dans le cœur, a renchéri une autre internaute. «Qui sommes-nous pour juger Adeline ou d'autres personnes? Sincères condoléances Madame», a répondu une utilisatrice. Jeudi sur le plateau de RTL, le père d'Adeline Blondieau a tenté de calmer les esprits. Il a rendu hommage à son vieil ami, mais a avoué s'être fâché avec Johnny. «J'ai très mal accepté le mariage», a-t-il concédé.

(L'essentiel/joc)