07 janvier 2015 16:33; Act: 07.01.2015 16:46 Print

«Alerte attentat», niveau maximum de Vigipirate

Le niveau «alerte attentat» de Vigipirate, instauré mercredi à Paris, à la suite de la fusillade contre «Charlie Hebdo», est le plus élevé du dispositif antiterroriste français.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le niveau «alerte attentat» de Vigipirate s'applique quand des projets d'actes terroristes ont été détectés, ou quand un acte terroriste a été commis sur sol français. Des mesures exceptionnelles et temporaires, drastiques, sont alors instaurées comme interdire les grands rassemblements, le stationnement près des écoles, systématiser les contrôles et patrouilles dans ou aux abords des zones sensibles. Des cellules de crise sont mises en place, des unités d'intervention et les services spécialisés sont en alerte. Toutes les mesures applicables au niveau plus simple de «vigilance» restent bien sûr activées, notamment l'interdiction du stationnement près de certains édifices publics qui pourraient constituer une cible de choix pour des attentats ou le contrôle des bagages dans les aéroports.

Le plan Vigipirate, qui relève du Premier ministre et associe tous les ministères, n'a cessé d'évoluer au fil des ans. Son célèbre code couleur (blanc, jaune, orange, rouge) a été abandonné en février dernier au profit de deux niveaux de mobilisation: «Vigilance» et «alerte attentat». Désormais, l'un ou l'autre de ces niveaux sont signalés dans l'espace public sous la forme d'un logo triangulaire rouge à bord noir. Vigipirate a été conçu en 1978 lorsque l'Europe essuyait une vague d'actions terroristes. Il avait été déclenché pour la première fois le 2 janvier 1991 à l'occasion de la première guerre dans le Golfe. En septembre 1995, il avait été réactivé après l'explosion d'une voiture piégée devant une école juive de Villeurbanne (Rhône).

Le dispositif avait été renforcé en octobre 1995 après l'attentat dans le RER à la station Musée d'Orsay à Paris, puis à nouveau en décembre 1996 à la suite de celui à la station Port-Royal. En 1998, un renforcement du plan avait été décidé à l'occasion de la Coupe du monde de football, puis lors de la guerre au Kosovo. Il avait été réactivé en novembre 2000 en Corse, après des attentats. Vigipirate était resté bloqué en vigilance «rouge» depuis les attentats de Londres en 2005, passant régulièrement au niveau «rouge renforcé» pendant les périodes sensibles comme les fêtes de fin d'année. En mars 2012, le plan Vigipirate était passé brièvement et pour la première fois en alerte «écarlate» dans la région Midi-Pyrénées, au moment des tueries perpétrées par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban (sept personnes assassinées, dont trois enfants).

(L'essentiel/AFP)