Notre-Dame incendiée

16 avril 2019 07:31; Act: 16.04.2019 12:24 Print

Comment les pompiers ont réussi à maîtriser le feu

L'incendie qui a ravagé Notre-Dame est «maîtrisé», ont annoncé les pompiers de Paris, qui ont ont lutté des heures pour l'éteindre.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«On ne s'imagine pas comme pompier de Paris un jour intervenir pour sauver Notre-Dame», a raconté mardi, le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris, après plusieurs heures à lutter contre les flammes qui dévoraient l'un des joyaux de la France.

«Le feu est complètement maîtrisé. Il est partiellement éteint, il reste des foyers résiduels à éteindre», a expliqué le lieutenant-colonel Gabriel Plus. «La priorité que l'on s'était donné, c'était de sauver les deux beffrois (parties qui abritent les cloches), et les deux beffrois ont été sauvés. Imaginez: la charpente des beffrois fragilisée, les cloches qui s'effondrent, c'était vraiment notre crainte! Au début de notre action, il n'était pas inconsidéré de penser que la structure pouvait s'effondrer», évoque le lieutenant.

Dès le départ du feu, un important dispositif de secours a été mis en place. Quatre cents pompiers avec 18 lances à incendie, certains juchés sur des bras mécaniques à des dizaines de mètres de hauteur, ont lutté pour tenter de circonscrire au plus vite le feu. L'eau était pompée directement depuis la Seine située à quelques dizaines de mètres, à l'aide de petites embarcations reliées à d'immenses tuyaux.

Mission de sauvegarde

«L'ensemble de la toiture est sinistré, l'ensemble de la charpente est détruit, une partie de la voûte s'est effondrée, la flèche n'existe plus», a indiqué mardi au petit matin Gabriel Plus. «L'ensemble des œuvres d'art qui étaient dans la partie «trésor», ont été sauvées, a-t-il également précisé, dont la couronne d'épines et la tunique de Saint Louis.

«La plupart du temps, les pompiers de Paris s'engagent pour préserver les personnes, là, il s'agissait vraiment de sauvegarder des biens, de préserver ce qui pouvait l'être encore, donc de faire des choix, raconte le lieutenant. De se dire que la partie de la toiture prise par le feu n'était pas sauvable et de prendre le parti de mettre tous nos moyens pour protéger les deux beffrois, de mettre tous les moyens et les hommes qui étaient engagés à l'intérieur pour sauver les œuvres».

Moyens hydrauliques

«Est-ce-qu'on va avoir le dessus? Est-ce-que c'est nous qui allons reprendre la main? Est-ce que cela ne va pas nous échapper? Et là, il faut très rapidement faire les bons choix en prenant en compte le vent, en prenant en compte les travaux, en prenant en compte les moyens hydrauliques».

«Puis, à partir du moment où on a constaté que la flèche menaçait ruine, nous avons concentré notre effort sur l'extérieur et retiré les personnes qui étaient engagées à l'intérieur en les remplaçant par un robot qui permettait d'éteindre et de faire baisser la température à l'intérieur de la nef» poursuit le pompier, «le temps a joué au début contre nous, le vent a joué contre nous et il fallait reprendre le dessus».

Et maintenant?

«Il s'agit maintenant d'éteindre correctement ce feu. Et puis le travail de demain (ce mardi), c'est de la surveillance, c'est être sûr qu'aucun foyer résiduel ne se renflamme, être sûrs que la structure est stabilisée. C'est pour ça qu'il y a des équipes avec des moyens lasers pour être sûr que la structure ne bouge pas».

«Nos équipes de surveillance vont reconnaître l'ensemble des parties de Notre-Dame - les parties hautes, les parties intérieures, les murs, la voûte, les tours - pour être sûr que le feu ne reprenne pas. Et aussi pour constater la fragilité à tel ou tel endroit de l'édifice. On ne s'imagine pas comme pompier de Paris un jour intervenir pour sauver Notre-Dame! C'était un défi immense! Il y a donc maintenant beaucoup d'émotion et un peu de satisfaction d'avoir pu sauver ce que l'on a sauvé».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mu le 16.04.2019 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que voudriez prendre a part de l'eau ??

  • mimi le 16.04.2019 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand merci et Respect à tous ces pompiers héros

  • red taz le 16.04.2019 10:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    y a pas mort d'homme c'est l' essentiel.

Les derniers commentaires

  • mimi le 16.04.2019 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand merci et Respect à tous ces pompiers héros

  • red taz le 16.04.2019 10:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    y a pas mort d'homme c'est l' essentiel.

  • Mu le 16.04.2019 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que voudriez prendre a part de l'eau ??

  • Siseulementsi le 16.04.2019 08:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec de l’eau?????

    • Pompier le 16.04.2019 12:50 Report dénoncer ce commentaire

      On n'éteint pas tous les feux avec de l'eau. Ensuite quand on parle de moyens hydrauliques, ou parle de dispositifs permettant d'acheminer l'eau, en fonction des ressources disponibles à l'endroit d'un incendie. On ne s'improvise pas pompier... quand j'entendais parler de largages aériens sur un bâtiment de ce type... Je rappelle tout de même que les pompiers de Paris sont militaires, et fort bien entraînés.