Municipales en France

03 décembre 2019 17:08; Act: 03.12.2019 17:39 Print

Balkany annonce être candidat... depuis sa cellule

Le maire LR de Levallois-Perret, actuellement incarcéré pour fraude fiscale et blanchiment, «souhaite» conduire la liste de la majorité aux prochaines municipales.

storybild

Patrick Balkany continue de croire à son avenir politique. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Ce souhait de Patrick Balkany a été confirmé lundi soir devant les 49 inscrits - parmi lesquels 37 élus - de la liste de la majorité municipale réunis à huis clos, avant une réunion sur le budget en présence des directeurs des services de la ville, a précisé son épouse. «Je leur ai confirmé qu'il y aurait une liste de la majorité municipale, une liste Balkany et que Patrick souhaite la conduire», a dit l'élue, ce qu'a confirmé Eva Haddad, une des maires adjointes présentes.

À l'issue de cette réunion, Patrick Balkany a appelé son épouse sur son portable et celle-ci a mis sur haut-parleur pour que son mari puisse remercier l'administration et les élus pour le travail effectué sur le budget, ont indiqué plusieurs élus qui y ont assisté, Mme Haddad précisant qu'il s'était montré «très chaleureux».

Plusieurs demandes de mise en liberté

Les époux Balkany doivent être rejugés en décembre pour fraude fiscale et en février pour blanchiment aggravé. L'édile de 71 ans est incarcéré depuis sa première condamnation pour fraude fiscale, en septembre. Dans ce premier volet, il a été condamné à quatre ans de prison, avec incarcération immédiate, son épouse à trois ans de prison, et tous deux à dix ans d'inéligibilité.

Dans le second volet, M. Balkany a été condamné à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec un nouveau mandat de dépôt. Son épouse s'est vu infliger quatre ans d'emprisonnement, mais sans incarcération immédiate. Tous deux ont été de nouveau condamnés à dix ans d'inéligibilité, ainsi qu'à dix ans d'interdiction de gérer une société. Ils ont fait appel de toutes leurs condamnations et lui a déposé plusieurs demandes de mise en liberté.

(L'essentiel/afp)