Enregistrement audio

31 janvier 2019 18:37; Act: 01.02.2019 09:25 Print

Benalla s'est targué du soutien de Macron

Ils évoquent le soutien du chef de l’État et parlent de leurs démêlés: alors qu'ils n'en avaient pas le droit, Crase et Benalla ont eu une conversation qui a été enregistrée.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon le site d'information, la conversation a eu lieu le 26 juillet dernier, quelques jours après qu'Alexandre Benalla, ancien conseiller d'Emmanuel Macron, et Vincent Crase, ex-employé de LREM et gendarme réserviste, ont été mis en examen pour des violences sur des manifestants, le 1er mai 2018. Or, cette rencontre constitue une violation de leur contrôle judiciaire. Dans l'enregistrement, dont Mediapart ne dit pas dans quelles conditions il a été réalisé, Alexandre Benalla se targue du soutien du président de la République, alors que l'"affaire" qui porte son nom crée des remous jusqu'au sommet de l’État.

«Truc de dingue, le "patron" (NDLR: Emmanuel Macron), hier soir il m'envoie un message, il me dit: "Tu vas les bouffer. Tu es plus fort qu'eux, c'est pour ça que je t'avais auprès de moi. Je suis avec Isma (NDLR: Ismaël Emelien, conseiller spécial du président), etc. On attend Le Monde, machin, etc"», dit-il dans cet extrait à la très bonne qualité sonore. Mediapart affirme que l’Élysée a démenti l'existence de ce message lorsque le site l'a sollicité. M. Benalla va plus loin: il affirme à Vincent Crase qu'il est soutenu «par le président, Madame (NDLR: Brigitte Macron), Ismaël (NDLR: Emelien), qui me conseille sur les médias et compagnie».

Là aussi, la présidence a démenti auprès de Mediapart que M. Emelien ait géré la communication d'Alexandre Benalla. Mais Mediapart révèle aussi dans son long article qu'Alexandre Benalla a été impliqué directement dans un contrat de sécurité signé par Vincent Crase avec Iskander Makhmudov, un oligarque russe, «proche de Vladimir Poutine» et «soupçonné par plusieurs magistrats européens d'accointances avec l'un des pires groupes criminels moscovites». Or, M. Benalla travaillait encore à l’Élysée à l'époque. Ce dernier et M. Crase avaient affirmé le contraire devant la commission d'enquête sénatoriale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marie Paule le 31.01.2019 18:58 Report dénoncer ce commentaire

    Il va bien falloir que M. Macron s'explique enfin sur cette affaire

  • bofbof le 01.02.2019 02:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ah ce Macron il ne resteras pas dans les bons souvenirs

  • histoire de le 01.02.2019 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous les mêmes ! Tous des voleurs et des menteurs, quel beau monde politique qui essaye de diriger !

Les derniers commentaires

  • histoire de le 01.02.2019 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous les mêmes ! Tous des voleurs et des menteurs, quel beau monde politique qui essaye de diriger !

  • bofbof le 01.02.2019 02:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ah ce Macron il ne resteras pas dans les bons souvenirs

  • Marie Paule le 31.01.2019 18:58 Report dénoncer ce commentaire

    Il va bien falloir que M. Macron s'explique enfin sur cette affaire

    • @ Marie Paule le 01.02.2019 07:51 Report dénoncer ce commentaire

      On va venir le chercher pour ça...