En France

01 décembre 2016 17:18; Act: 01.12.2016 17:24 Print

Clash autour des sites Internet anti-​​avortement

Les députés français débattaient jeudi d'un texte visant à pénaliser les sites de «désinformation» sur l'IVG.

storybild

La gauche et la droite s'opposent sur le texte. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Assemblée nationale a entamé jeudi l'examen d'une proposition de loi socialiste qui vise à étendre le «délit d'entrave à l'IVG» à certains sites Internet. Créé par une loi de 1993, ce délit sanctionne le fait d'empêcher ou de tenter d'empêcher une IVG en perturbant l'accès aux établissements ou en exerçant des menaces sur le personnel ou les femmes concernées. Sur Internet, selon la proposition de loi, il sanctionnerait la divulgation d'informations «faussées» dans le but de dissuader les femmes d'avorter. «Chacun est et reste libre d'affirmer son hostilité à l'avortement, sur Internet ou ailleurs. À condition de le faire en toute honnêteté, car la liberté d'expression ne peut se confondre avec la manipulation des esprits», a lancé la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol à l'ouverture des débats.

Selon elle, «des groupuscules anti-IVG (...) avancent désormais masqués, dissimulés derrière des plateformes d'apparence neutre et objective, qui imitent et concurrencent les sites institutionnels d'information» et «cherchent délibérément à tromper les femmes». L'opposition de droite a déjà fait savoir qu'elle voterait contre le texte pour «deux raisons»: «d'abord, il est parfaitement contraire à la liberté d'expression», a jugé le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau. «Et il est aussi contraire, je crois, à l'esprit de la loi Veil (de 1975, ndlr) qui prévoyait une information, y compris sur les alternatives» à l'avortement, a ajouté ce proche de François Fillon.

Fillon «n'approuve pas l'avortement»

L'ancien Premier ministre, qui selon les sondages a de bonnes chances d'entrer à l'Élysée dans cinq mois, n'a pas l'intention de toucher à la loi de 1975 ayant légalisé l'interruption volontaire de grosses (IVG), mais a expliqué que «compte tenu de sa foi catholique», il ne pouvait «pas approuver l'avortement». Cette position lui a valu de vives critiques de la gauche et des associations féministes, mais a séduit une partie de l'électorat catholique traditionnel.

La hiérachie catholique a également exprimé son opposition, demandant au président François Hollande de faire échec à ce texte qui, selon elle, constitue une atteinte «grave» aux libertés de conscience et d'expression.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Line le 01.12.2016 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont les pro-avortement qui font de la fausse propagande! Ils font passer cette intervention comme si rien n'était, comme si on faisait se retirer un vulgaire kyste. Qu'ils expliquent de quoi il s'agit en réalité, et le stade auquel l'embryon se trouve actuellement et ce qui va lui arriver. Au lieu de taire la réalité car elle est dure à voir. Ce serait ça, la vraie information afin que la femme puisse prendre sa décision de façon éclairée.

  • manifeste des 343 le 01.12.2016 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je dois revérifié le calendrier pour voir en quelle année on est... #backtothepast

  • Poco Loco le 01.12.2016 22:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le plus drôle c'est q si Madame veut avorter, Monsieur n'a pas son mot à dire, mais si elle veut avoir le gosse alors le Monsieur doit sortir son portefeuille

Les derniers commentaires

  • regis le 02.12.2016 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pense qu'il vaut mieux avorter plutôt que d'abandonner un enfant qu'on ne peut pas assumer ou qu'on ne veut pas!!! Il y a assez d'enfants malheureux. C'est pas une décision facile à prendre mais ca peut être une sage décision au final!!!

    • David le 02.12.2016 08:50 Report dénoncer ce commentaire

      Le plus simple est encore de se comporter en adulte et d'avoir des relations protegees ou pendant la periode d'infecondité. Une société dans laquelle les gens (hommes et femmes) ne prennent pas leur responsabilités et consomment pour le plaisir personnel serait bas de gamme. Meme avoir un refund pour une app est plus compliqué...

  • Justice le 02.12.2016 07:17 Report dénoncer ce commentaire

    Mais de quoi se mèle-t-on enfin? Il y a une loi qui doit être respectée. Que chacun s'occupe de soi au lieu d'aller juger les autres. On a le droit d'être pour ou contre, c'est ça la liberté de vivre dans un démocratie. Il y a tellement d'autre choses plus importantes à débattre.

  • Poco Loco le 01.12.2016 22:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le plus drôle c'est q si Madame veut avorter, Monsieur n'a pas son mot à dire, mais si elle veut avoir le gosse alors le Monsieur doit sortir son portefeuille

  • Julien le 01.12.2016 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    Il est beau le progrès en France: on y jette chaque année 225.000 foetus à la poubelle sur l'autel de la liberté de jouir de son corps en parfait égoïste. Il est temps que les gens prennent conscience des dérives de la société occidentale sans foi et sans repères.

  • manifeste des 343 le 01.12.2016 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je dois revérifié le calendrier pour voir en quelle année on est... #backtothepast