En Bretagne

10 juillet 2020 20:21; Act: 10.07.2020 20:22 Print

Condamné pour avoir piégé sa maison

Un propriétaire d'une maison à Yvignac (Côtes-d'Armor) qu'il avait piégée et qui avait été la cible d'un cambriolage, a été condamné à 2 000 euros d'amende avec sursis.

storybild

Les gendarmes découvrent «un dispositif de mise à feu qui s'enclenche». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2018, les gendarmes sont appelés pour un cambriolage ou une tentative de cambriolage d'une maison à l'écart dans cette petite commune d'un millier d'habitants, située près de Dinan, avec des hommes cagoulés munis d'armes de poing sortant d'une berline.

Arrivés sur place, les gendarmes ne trouvent personne mais aperçoivent une fenêtre ouverte et découvrent «un dispositif de mise à feu qui s'enclenche», forçant les forces de l'ordre à reculer, explique à l'AFP la procureure de Saint-Malo Christine Le Crom.

Carverne d'Ali Baba

«Les gendarmes font alors appel à une équipe de déminage de Brest car la maison était intégralement piégée, avec des fils tendus, des dispositifs faits de cartouches, positionnés de telle manière qu'il y en avait un qui pouvait tirer au niveau des jambes, du thorax et de la tête», a-t-elle ajouté.

Dans la maison, les enquêteurs découvrent une «véritable caverne d'Ali Baba», dont des os de cachalot, des carapaces de tortues, divers objets empaillés ou encore des statues africaines.

«Ça aurait pu être dramatique»

Le propriétaire, un collectionneur vivant entre Saint-Domingue et Miami, avait pourtant marqué partout que la maison était piégée. «Il n'y a sans doute pas mieux pour attirer l'attention», a dit Mme Le Crom. «Ça aurait pu être dramatique», a également relevé la magistrate.

Le tribunal a condamné le propriétaire pour «mise en danger délibéré de la vie d'autrui», notamment en raison de la présence d'armes de catégorie B. Les trois cambrioleurs, trois hommes âgés d'une vingtaine d'années, ont eux été condamnés de deux à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Malo.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bibi le 11.07.2020 05:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si cela continue on va donner raison aux voleurs, je comprends les personnes qui défendent leurs biens, de toute manière les assurances ne remboursent jamais l'intégralité.

  • Le golfeur le 11.07.2020 06:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle ironie ! La victime prend plus que les voleurs . Il faut intégrer dans le code la responsabilité des juges comme le veut Dupont Moreti

  • NoComent le 10.07.2020 22:51 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quand même une drôle de justice qui condamne quelqu'un qui veut juste défendre ses biens... Si les cambrioleurs étaient parvenus à leurs fins on lui aurait dit " on va faire une enquête mais n'espérez pas trop"

Les derniers commentaires

  • ouit le 11.07.2020 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et ne pas fournir de masque à ses employés pendant le confinement dans un centre de soin : mise en danger aussi .. c est pareil au fond risque de choper le virus c est dangereux et peut être mortel apparemment

  • louis le 11.07.2020 18:14 Report dénoncer ce commentaire

    Aucuns avertissements du piégeage de la maison, s'ils se font exploser la tronches, un trou au fond du jardin, et ni vu ni connu pas d'embrouilles !!!

  • Urban legend le 11.07.2020 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Je vois que c'est pareil partout... Ici si tu portes plainte pour agression c'est toi qui repart avec un avertissement, là-bas la victime prend autant que les voleurs. Quand je pense qu'il y a quelques années je croyais que tout ça c'était des légendes urbaines. Parfois la justice, enfin les procureurs (c'est eux qui demande les peines...), font un peu peurs!

  • Grand Maître le 11.07.2020 12:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je m'excuse d'avoir des biens.... Je m'excuse de vivre bien....

  • Merci France le 11.07.2020 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Aux USA, les voleurs auraient pris entre 5 et 10 ans.. ferme