Contaminés en croisière

28 mars 2020 20:22; Act: 28.03.2020 23:25 Print

«Condamnés à mort, si on ne vient pas nous chercher»

Les passagers du paquebot Zaandam, actuellement au large du Panama, sont en attente d'être transférés alors que quatre personnes sont mortes à bord, probablement du coronavirus.

storybild

Le paquebot se trouve au large du Panama. (photo: AFP/Luis Acosta)

Sur ce sujet
Une faute?

Après l'annonce de quatre décès à son bord, le paquebot Zaandam, actuellement au large du Panama, va organiser une opération de transfert inédite d'une partie de ses passagers à bord d'un autre navire envoyé à la rescousse par la compagnie Holland America.

«Holland America Line confirme que quatre passagers âgés sont décédés à bord du Zaandam», a indiqué la compagnie dans un communiqué diffusé vendredi sur son site internet, sans préciser les causes des décès. La compagnie a précisé qu'au moins deux passagers du navire, qui compte environ 1 800 personnes à son bord, ont été testés positifs au nouveau coronavirus.

«Jeudi, plusieurs patients (parmi les passagers) présentant des symptômes respiratoires ont été testés au Covid-19 et deux ont été positifs», selon Holland America. La compagnie précise que 53 passagers et 85 membres d'équipage présentent des symptômes grippaux.

Le Zaandam, battant pavillon néerlandais et exploité par Holland America (groupe Carnival), a quitté Buenos Aires le 7 mars. Il devait débarquer ses passagers à San Antonio, au Chili, qui lui a refusé l'accostage. Les autres ports sud-américains sur sa route lui ont ensuite été fermés en raison des restrictions mises en place par les gouvernements pour tenter de freiner la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus.

Jeudi, alors qu'il se trouvait dans les eaux panaméennes, le navire a commencé à recevoir l'assistance d'un autre bateau de la compagnie, le Rotterdam, parti de San Diego, aux États-Unis, avec des vivres, du personnel et des tests de Covid-19.

Les deux paquebots bleu et blanc, quasi identiques, étaient visibles dans la baie de Panama, à bonne distance l'un de l'autre, a constaté l'AFP.

« Les informations que l'on a c'est que le Rotterdam est à court de fioul»

Alors que le Panama a finalement autorisé samedi la traversée de son canal, la compagnie prévoyait de transférer à bord de ce deuxième navire les «passagers qui ne sont pas malades», après contrôle sanitaire.

«Nous préparons nos valises pour aller sur un autre bateau. Nous allons bien», a confirmé à l'AFP Françoise, une Française de 74 ans, à bord avec son mari. D'autres se sont montrés beaucoup plus inquiets: «Si personnes ne vient nous chercher, nous sommes condamnés à mort», a témoigné une Française par téléphone.

«Les informations que l'on a c'est que le Rotterdam est à court de fioul, donc il est en train d'être approvisionné. Une fois que cette première opération sera effectuée, les transferts (de passagers) pourront commencer entre les deux navires. Ça devrait se passer cette nuit (vendredi) ou demain (samedi) matin», a déclaré à l'AFP Gurvan Le Pavec, dont les parents se trouvent à bord.

«On est bourrés d'inquiétude pour la suite des évènements», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)