Procès en France

10 mars 2020 18:22; Act: 10.03.2020 19:22 Print

De la prison requise contre le couple Fillon

Lors du procès de l'ancien Premier ministre français et de sa femme, le parquet a requis ce mardi des peines de prison ferme et avec sursis.

storybild

Le couple Fillon est accusé d'avoir récupéré de l'argent public avec un poste fictif pour Penelope Fillon. (photo: AFP/Thomas Samson)

Sur ce sujet
Une faute?

Le parquet national financier a requis mardi cinq ans de prison, dont deux ans ferme, à l'encontre de l'ancien Premier ministre français François Fillon. Il a réclamé trois ans avec sursis contre son épouse Penelope dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs.

L'accusation a également demandé des amendes de 375 000 euros à l'encontre du couple et dix ans d'inéligibilité contre l'ex-candidat à la présidentielle. Contre le maire de Sablé-sur-Sarthe Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon à l'Assemblée, ont été requis deux ans de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende.

613 000 euros d'argent public

Dans son réquisitoire, le procureur Aurélien Létocart a longuement égrené ce qui constitue pour le PNF les preuves du «caractère fictif et artificiel» des trois contrats de Penelope Fillon entre 1998 et 2013, pour lesquels elle avait touché plus de 613 000 euros d'argent public.

Un travail tellement «impalpable, désincarné» que Mme Fillon ne prenait ni congés maternité ni congés payés, qu'«aucune trace» n'a été retrouvée des mémos et fiches qu'elle était censée préparer pour son mari et qu'elle est «incapable» d'en donner des exemples précis... «Attribuer un caractère professionnel à la moindre de ses activités, même les plus anodines comme rapporter du courrier ou discuter avec des gens en faisant ses courses relève de la mauvaise foi», a tancé le procureur. Son rôle ? Celui de «conjointe d'un homme politique d'envergure nationale, le seul à l'époque dans la Sarthe».

«L'appât du gain fut manifestement plus fort que la raison»

Pour le parquet, «les habitudes de captation des reliquats d'argent public» dans l'enveloppe dédiée au «crédit collaborateur» «ont été prises dès le début de la carrière politique de François Fillon» en 1981. Une «inclinaison à s'affranchir du bien commun pour conforter son intérêt personnel», «dans une forme de comédie humaine que Balzac ou Claude Chabrol n'auraient sans doute pas reniée», a insisté le procureur.

S'agissant du travail de collaboratrice parlementaire de son épouse auprès de Marc Joulaud, «imposé» par François Fillon à son suppléant, «elle gagnait plus tout en travaillant moins», a asséné Aurélien Létocart: «L'appât du gain fut manifestement plus fort que la raison».

«Turpitudes»

Le procureur avait entamé son réquisitoire avec les propres mots de l'ex-député, prononcés en septembre 2012 alors qu'il employait sa femme comme assistante parlementaire: «Il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et perçoivent de l'argent public». «Du cynisme à l'aveuglement, il n'y a parfois qu'un pas», a-t-il raillé.

Retraité de la politique après une campagne présidentielle phagocytée par cette affaire en 2017, «François Fillon a été le propre artisan de son malheur» et «ne doit ses déboires politiques qu'à ses propres turpitudes», a asséné le magistrat.

Décrédibiliser les accusateurs

Vilipendant la «stratégie de défense» de François Fillon consistant à «distiller le poison du soupçon» et «à décrédibiliser ses accusateurs», Aurélien Létocart a estimé qu'une «telle stratégie sonne toujours, toujours comme un aveu».

Dès l'ouverture de l'enquête en janvier 2017 après un article du Canard enchaîné, les époux Fillon ont produit une masse de documents attestant selon eux de la réalité du travail de Mme Fillon. Mais «ils se sont révélés au final traduire en creux l'inconsistance du travail» de Mme Fillon, a taclé le magistrat. Les Fillon se voient également reprocher le lucratif et tout aussi discret emploi de «conseiller littéraire» de Mme Fillon à la Revue des deux mondes du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, ami de François Fillon, qui a plaidé coupable d'abus de biens sociaux.

La défense plaidera la relaxe mercredi et le tribunal mettra ensuite son jugement en délibéré.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • le juge le 10.03.2020 19:33 Report dénoncer ce commentaire

    La preuve que la justice est politisée comme dans tout les pays européens.

  • Coluche le 10.03.2020 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J espère bien ! Fini la justice à 2 vitesses !!

  • VInce Largent le 11.03.2020 09:01 Report dénoncer ce commentaire

    Un mec qui a profité sans vergogne de l'argent public alors qu'il refusait d'augmenter le SMIC lorsqu'il était premier ministre. Juste honteux !

Les derniers commentaires

  • Knipchen le 11.03.2020 19:28 Report dénoncer ce commentaire

    Si de nombreux parlementaires ont des assistants fictifs, n’est-il pas temps de supprimer ces coûts inutiles ?

  • François H le 11.03.2020 14:14 Report dénoncer ce commentaire

    "Les preuves sont là , maintenant vous en faites ce que vous voulez"

  • Danarbog Hast le 11.03.2020 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Et sinon, on a toujours pas retrouvé le gars qui a fait le boulot gratuitement?

  • bonsens le 11.03.2020 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce mec doit vraiment se prendre le bus pour qu’il la ferme et disparaisse dans l’anonymat

  • VInce Largent le 11.03.2020 09:01 Report dénoncer ce commentaire

    Un mec qui a profité sans vergogne de l'argent public alors qu'il refusait d'augmenter le SMIC lorsqu'il était premier ministre. Juste honteux !