Covid-19

03 décembre 2021 19:48; Act: 03.12.2021 20:18 Print

De nouvelles restrictions à venir en France?

Pour ne pas se laisser submerger par la cinquième vague et face à l'arrivée du variant Omicron, le gouvernement n'exclut pas d'annoncer de nouvelles mesures, la semaine prochaine.

storybild

Le «plan blanc» a été déclenché dans plusieurs hôpitaux en France. (photo: AFP/Pascal Guyot)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour sa première sortie après une infection au Covid et dix jours d'isolement, le Premier ministre Jean Castex a indiqué jeudi qu'un Conseil de défense sanitaire aurait lieu lundi. Il s'agira de «voir s'il y a lieu de prendre des mesures complémentaires», a-t-il déclaré. À trois semaines de Noël, cela signifie-t-il le retour de restrictions?

La France peut-elle prendre des mesures aussi sévères que certains de ses voisins, à l'instar de l'Allemagne qui va interdire l'accès aux commerces non essentiels, restaurants, lieux de culture ou de loisirs aux non-vaccinés ?

La Belgique a quant à elle annoncé vendredi, que les écoles maternelles et primaires fermeraient leurs portes avec une semaine d'avance pour les congés de Noël. «On fera, comme toujours, avec pragmatisme, proportion, et avec la même philosophie, une évaluation de la situation et des réponses à apporter», a déclaré le chef de l’État, Emmanuel Macron, vendredi depuis Dubaï.

Un air de «déjà vu»

Cette cinquième vague se traduit par une nette dégradation des indicateurs. Vendredi, 49 858 cas ont été recensés, soit une moyenne quotidienne sur 7 jours de 38 890, contre moins de 6 000 un mois auparavant. Une hausse qui se répercute aussi sur l'hôpital. Quelque 11 103 malades du Covid sont actuellement hospitalisés en France, dont 2 058 dans les services de soins critiques, contre environ 6 600 et 1 000 un mois auparavant. Plusieurs hôpitaux ont réactivé leur «plan blanc», comme le CHU de Lille.

Pour le moment, le gouvernement mise sur deux armes pour se défendre face à cette aggravation de l'épidémie: la vaccination et le respect des gestes barrières. Mais un nouvel ennemi se profile: le variant Omicron, qui inquiète par le nombre extrêmement élevé de ses mutations.

La vague actuelle, dont le pic pourrait intervenir entre mi-décembre et fin janvier, est pour le moment uniquement due au variant Delta, hégémonique. Moins d'un mois avant les fêtes de fin d'année, cet air de «déjà vu» commence à alarmer le monde économique. Le secteur de l'événementiel connaît une avalanche d'annulations, ces derniers jours, et la liste devrait s'allonger.

(L'essentiel/AFP)