En France

02 septembre 2019 12:16; Act: 02.09.2019 12:30 Print

Des canards en justice pour leur caquètement

Après le coq Maurice qui chante trop tôt sur l'île d'Oléron, c'est au tour d'une bande de canards et d'oies d'être accusés, de caqueter trop fort.

storybild

«Lorsque ce voisin a acquis sa propriété», raconte Mme Douthe, «il est venu se plaindre du bruit de mes volailles, deux fois par semaine, du mois de juin jusqu’au mois d’octobre 2018». (photo: Kerry Snelson)

Sur ce sujet
Une faute?

Leur propriétaire doit comparaître en justice, mardi, devant le tribunal de Dax, mais selon les deux parties, le procès devrait être renvoyé. Dans une commune de 7 600 habitants sur la côte sud des Landes, un habitant a assigné sa voisine à comparaître. L'objet de son courroux? «Le bruit incessant et d’autres nuisances que lui causeraient mes canards», indique à l’AFP, Dominique Douthe, 67 ans.

La propriétaire des volailles, qui habite Soustons depuis plus de trente ans, élève «une cinquantaine de canards et d'oies» dans ce lieu situé en pleine campagne, à moins de 300 m de l’étang de Hardy. «Ce conflit a démarré il y a environ un an, lorsque ce voisin a acquis sa propriété», raconte Mme Douthe, «il est venu se plaindre du bruit de mes volailles, deux fois par semaine, du mois de juin jusqu’au mois d’octobre 2018».

Pour l'épouse du couple de plaignants, qui ne veut pas être identifiée, «lorsque nous avons visité la maison, en hiver», dit-elle à l'AFP, «les oies et les canards étaient moins nombreux, donc, moins bruyants». «Nous avions vu quelques animaux. Ce n’est que plus tard, lorsque les animaux sont revenus, que le bruit est devenu plus important», ajoute-t-elle.

«On est dans les Landes!»

Son époux a vu l'éleveuse trois ou quatre fois, a fait venir un acousticien qui a préconisé de déplacer l'enclos et construire un mur: «Nous n’avons plus eu de nouvelles de cette dame, plus de contact depuis le mois d’octobre».

Pour le couple, il ne s'agit pas simplement du bruit: «L’élevage est situé à proximité d’un cours d'eau qui se déverse dans une zone Natura 2000 dans laquelle il est interdit de parquer un élevage». «Ce qui nous semble important, c’est le respect de la réglementation sur l’environnement, et c’est cela qui nous a motivés à poursuivre: les règles doivent être respectées par tout le monde», dit l'épouse.

Dans ce petit hameau, «de nombreuses maisons possèdent un coin pour l’élevage des volailles. On est dans les Landes tout de même!», s'emporte néanmoins une riveraine, propriétaire de quelques poules.

«Un comité de soutien des canards d'Hardy»

L'éleveuse a contacté des associations de protection des animaux dont 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot. Une pétition d'un «comité de soutien des canards d'Hardy» avait réuni, samedi, près de 5 000 signatures.

La maire de Soustons, Frédérique Charpenel, a écrit vendredi sur sa page Facebook qu'il était «absolument nécessaire, à Soustons et partout en France, de préserver les caractéristiques de la ruralité (agriculture, élevage, pêche, chasse, etc..,)». Mais «il me semble aussi nécessaire, de ne pas tomber dans le panneau du repli sur soi, de ne pas déraper dans la caricature en pensant que les nouveaux arrivants, ne pourraient pas s'intégrer ou nous feraient perdre notre âme».

Plusieurs affaires de bruits ruraux, de coq comme Maurice dont le jugement sera prononcé jeudi à Rochefort, de cloches qui sonnent ou de grenouilles qui coassent, ont agité les campagnes récemment. Le maire du petit village de Gajac en Gironde a même proposé de faire classer ces bruits au patrimoine national et fondé l'association L’Écho de nos campagnes, pour «protéger notre monde rural et nos traditions».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Redbull 57 le 02.09.2019 12:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    «l’élevage est situé à proximité d’un cours d'eau qui se déverse dans une zone Natura 2000 dans laquelle il est interdit de parquer un élevage»... Donc l’élevage en question ne semble pas sous le coup de cette interdiction, car pas à l’intérieur de la zone citée, non ? J’adore quand même ces gens qui emménagent à peine quelque part et tentent directement d’imposer leur vision là où ils arrivent...

  • Jean II le 02.09.2019 12:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bientôt plainte sera déposée car les vaches " pètent " de trop !!!!

  • Ant le 02.09.2019 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le ridicule ne tue pas

Les derniers commentaires

  • catherine le 03.09.2019 18:51 Report dénoncer ce commentaire

    cette dame est là depuis 30 ans avec ses canards jusque là ça ne posait aucun problème ! cet homme pourquoi est-il venu vivre a la campagne si il ne supporte pas le caquètement des canards dans ce cas là on reste en ville !

  • Pierrette 15 le 03.09.2019 18:50 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on veut vivre à la campagne on prend tout, la verdure, le calme et les animaux avec leur langage. Cela me semble nettement mieux que le bruit des camions poubelles en plein Paris à 6h du matin. Ou va le monde et comment peut-on enregistrer une telle plainte?

  • Merline SJ le 03.09.2019 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    il faut donc aussi interdire les oiseaux de chanter, la pluie de tomber sur les tuiles(ça fait du "bruit " aussi), le vent de siffler dans les feuilles, le tonnerre, ....et le bruit que nous faisons en parlant, ..... ils n'ont qu'à aller vivre au fin fond du désert, mais allez savoir encore , ils trouveront encore que c'est trop bruyant !! Oui, le maire de Gajac à"malheureusement" raison, il faut en arriver à faire classer ces "bruits" au patrimoine national !!!

    • Pierrette 15 le 03.09.2019 18:52 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis entièrement d'accord avec vous.

  • Rose le 03.09.2019 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    Une seule constatation malheureusement : le monde est fou.

  • Dandan 68 le 02.09.2019 20:30 Report dénoncer ce commentaire

    Je me demande où on va ? Cette parisienne doit retourner d'où elle vient et 100 % certain qu'elle et lui aussi d’ailleurs ne sont pas Landais pour être aussi stupides et cons. Peut être pourra -t-elle déposer plainte parce que je lui dit "con". Ils sont vraiment stupides. Ils ne connaîtront donc jamais la joie d'un élevage de volailles.