En France

18 février 2020 16:52; Act: 18.02.2020 17:16 Print

Des maires de la Sarthe «interdisent» d'être malade

Une dizaine de maires de la Sarthe ont signé un arrêté symbolique interdisant de tomber malade, pour alerter sur les difficultés d'accès aux soins dans les zones rurales.

storybild

Sur les 560 000 habitants de la Sarthe, «70 000 sont sans médecin référent».

Sur ce sujet
Une faute?

Une dizaine de maires de la Sarthe ont signé un arrêté municipal symbolique interdisant de tomber malade, pour alerter sur les difficultés d'accès aux soins dans les zones rurales, a-t-on appris mardi, auprès de l'association des maires ruraux du département. Les arrêtés précisent qu'il «est interdit de vouloir bénéficier d'un accès urgent aux soins pour toute pathologie sur le territoire de la commune» ainsi que d'avoir «un accident ou un malaise grave sur le territoire de la commune» ou encore de «naître avec des problèmes de santé sur le territoire de la commune».

Il est toutefois «autorisé de déménager dans le département des Alpes-Maritimes ou à Paris pour accéder à des services de santé efficients», ajoute le texte de l'arrêté. «Nous voulons alerter les pouvoirs publics sur le manque de médecins dans notre département», a expliqué à l'AFP Dominique Dhumeaux, président de l'association des maires ruraux de la Sarthe et maire de Fercé-sur-Sarthe. «C'est la survie de notre territoire qui est en jeu. Il faut que le gouvernement prenne à bras-le-corps le problème», a-t-il plaidé, en déplorant que «personne ne s'empare du sujet». «Nous, les maires, sommes seuls».

Selon M. Dhumeaux, sur les 560 000 habitants de la Sarthe, «70 000 sont sans médecin référent». «L'éloignement des hôpitaux et des médecins augmente les risques de drame», dénonce-t-il. Plusieurs solutions sont proposées par l'association: réduire la liberté d'installation des médecins généralistes, développer la télémédecine ou encore inciter les internes en dernière année de médecine à s'installer en zone rurale. Le nombre de personnes vivant dans un territoire sous-doté en médecins généralistes est passé de 2,5 millions en 2015 à 3,8 millions en 2018, en raison notamment de nombreux départs en retraite, selon une étude de la Drees (service statistique des ministères sociaux) publiée vendredi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • moi travaille -alamaiurie le 18.02.2020 23:13 Report dénoncer ce commentaire

    déjà qu'ils (les maires) s'assurent que leur employé(e)s fassent AU MOINS 35h/semaine , car c'est pas souvent le cas (entre congés pour ci congés pour ça) on les voit pas souvent,,

  • Lairent le 19.02.2020 01:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui les malade imaginaires tout le monde en profite

Les derniers commentaires

  • Lairent le 19.02.2020 01:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui les malade imaginaires tout le monde en profite

  • moi travaille -alamaiurie le 18.02.2020 23:13 Report dénoncer ce commentaire

    déjà qu'ils (les maires) s'assurent que leur employé(e)s fassent AU MOINS 35h/semaine , car c'est pas souvent le cas (entre congés pour ci congés pour ça) on les voit pas souvent,,