France

17 janvier 2021 21:55; Act: 17.01.2021 22:04 Print

Des milliers de personnes contre l'avortement à Paris

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées sur la place du Trocadéro à Paris dimanche dans une «marche pour la vie» contre l'avortement.

storybild

Une manifestation contre l'avortement a eu lieu à Paris.

Sur ce sujet
Une faute?

Ils étaient 5 000 selon les organisateurs, et entre 4 000 et 6 000, selon la préfecture de police de Paris. «Le message est de rappeler que l'avortement est avant tout une violence faite aux femmes. On a souvent l'habitude de présenter l'avortement comme un droit», mais c'est «un droit de se faire bâillonner», a déclaré Aliette Espieux, porte-parole de cette «marche pour la vie», organisée quasiment chaque année depuis 2005.

Derrière un masque siglé «génération pro-vie», la jeune femme a ajouté que la majorité des interruptions volontaires de grossesse (IVG) étaient «des avortements de détresse». Encadrés par un important dispositif des forces de l'ordre, les manifestants se sont rassemblés devant une estrade où une banderole clamait «avortement: stop à la culture du déchet», devant le parvis des droits de l'Homme.

Ils protestent notamment contre deux textes législatifs qui contiennent des dispositions «scandaleuses», selon le président de la «marche pour la vie», Nicolas Tardy-Joubert, parmi lesquels la loi bioéthique qui comprend notamment la PMA pour toutes. Ils protestent également contre la proposition de loi portant le délai pour avorter de 12 à 14 semaines, déposée par la députée Albane Gaillot (ex-EDS) et votée en première lecture à l'Assemblée nationale avec un large soutien de LREM et de la gauche. Ce texte doit être examiné cette semaine au Sénat, avec peu de chance d'aboutir.

«Le broyage de poussins vivants, ça vous choque?»

En raison de la situation sanitaire, le rassemblement était doublé d'une mobilisation virtuelle sur Zoom - suivie selon les organisateurs par 10 000 personnes. Parmi les manifestants, Paul, 27 ans, est venu avec son bébé en poussette pour «la défense de la vie», un message relayé par d'autres participants.

Non loin de là, une dame de 81 ans explique être «contre l'avortement, contre la PMA. Autrefois, on allait en prison pour l'avortement, maintenant on est remboursé par la Sécu, vous trouvez ça normal?», lance-t-elle. Avant cette manifestation, la «marche pour la vie» avait organisé une campagne de communication visuelle où on voyait des poussins sur le point de se faire broyer avec le commentaire: «le broyage de poussins vivants, ça vous choque? Nous aussi. Et celui des fœtus humains ?»

En fin d'après-midi, des manifestants revêtus de sacs poubelles ont arboré des masques de poupons avec le message «bébé avorté = humain à la poubelle». En 2019, 232.000 avortements ont eu lieu en France, un taux de recours en légère hausse. Depuis 2001, ce nombre oscillait entre 215.000 et 230.000.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Franz le 17.01.2021 22:15 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien si ils sont contre, qu'ils ne le pratiquent pas !... Mais qu'ils n'imposent pas leur point de vue au reste de la population.

  • Butterfly le 17.01.2021 23:12 Report dénoncer ce commentaire

    Ces gens ont-ils oublié qu'avant la loi Simone Veil c'était les "faiseuses d'ange" qui oeuvraient avec leurs aiguilles à tricoter ? Les femmes qui avortent ne le font jamais de gaieté de coeur, et souvent seules car le géniteur est rarement là pour leur tenir la main, et c'est un traumatisme énorme dont certaines ne se remettent jamais, faut-il en plus revenir en arrière ?

  • borko le 17.01.2021 23:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    aie, les raccourcis débiles de ces gens. Parler des choses anciennes pour gager de leurs normalité (pour continuer dans le sophisme "avant les femmes prenaient une amende pour port du pantalon et maintenant on les encourages à porter des pantalons") et la comparaison du broyage de poussins avec les fœtus, comparer au moins ce qui est comparable, la phrase correcte aurait été "manger des œufs fécondés et blablabla vous semble normal?"

Les derniers commentaires

  • Rationel le 19.01.2021 01:29 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème N° 1 de l'humanité c'est la surpopulation. L'humanité est sur le point de disparaitre tellement nous nous reproduisons. Alors si vous voulez faire quelque chose de bien, visez grand, essayez de sauver l'humanité ! Trouvez des moyens pour réduire la surpopulation. Passer à un enfant par couple ?... Quelles sont les idées ?

  • tuyau le 18.01.2021 15:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n est pas un choix qu un être humain devrait faire, le droit de vie ou de mort, c' est inhumain. Ce sont des criminels. Essayez de tuez votre voisin ou de vendre vos organes, vous n avez pas le droit de vie ou de morts sur l' humanité.

  • tuyau le 18.01.2021 15:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela ne fait pas sens.

  • tuyau le 18.01.2021 15:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "mum" Quand est ce qu il serait bon d en parler vous ?. L avortement continu. Les gens n ont pas arrêté de faire l "amour" sans préservatif pendant le covid. Cela n a pas de sens ce que vous dites. Vous continuez à dire des "co...ries: sur l essentiel pendant le covid.

  • tuyau le 18.01.2021 15:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Essayer de vendre vos organes, vous allez voir si vous avez le droit de disposer de votre corps. l humanité n est pas une chose dont on dispose comme bon nous semble.