Dans les rues de Paris

24 mars 2013 16:44; Act: 24.03.2013 18:16 Print

Des milliers de personnes contre le mariage gay

Quelques jours avant l'adoption définitive du projet de loi, quelques dizaines de milliers de manifestants sont descendues dans les rues de Paris ce dimanche.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Des écrans géants jalonnent le parcours allant de la Défense à l'Arc de Triomphe. Des banderoles ont été accrochées aux balcons: «Touche pas a ma filiation», «On veut du boulot pas du mariage homo» ou encore «non au gaystrémisme». La dernière manifestation des opposants au mariage gay avait rassemblé le 13 janvier 340 000 personnes selon la police, près d'un million selon les organisateurs. «Nous pensons faire au moins aussi bien, mais simplement ça se verra cette fois-ci», a souligné Frigide Barjot, chef de file de «la manif pour tous», à l'origine du mouvement.

La police s'attend, elle, à une mobilisation plus faible, et table sur 150 000 à 200 000 manifestants. Il faut dire que la mise en place du parcours s'est avérée plus que chaotique et qu'il n'a été communiqué que tard jeudi soir. Les manifestants étaient appelés à se rassembler à partir de 14h00 sur «un axe unique et symbolique», de l'Arche de la Défense à l'Arc de Triomphe, distants de 5 kilomètres. Les organisateurs espèrent ainsi «une meilleure visibilité sur le nombre des participants» et un «effet de masse» maximum. En janvier, les opposants au mariage gay avaient jugé que la préfecture de police avait minoré le nombre de manifestants.

Selon l'UMP, le gouvernement «méprise» les manifestants

En ce dimanche des Rameaux, plusieurs manifestants arboraient un bout de rameau à la main ou accroché au sac. Les opposants comptent redemander dimanche soir à François Hollande de retirer le texte pour le soumettre au référendum. Selon eux, ce projet, qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, «bouleverse totalement la société en niant la parenté et la filiation naturelles» et «les conséquences économiques, sociales et éthiques seront inéluctables». Alors que la manifestation se veut apolitique, le parti d'extrême-droite Front national a invité ses militants à rejoindre une délégation nationale du parti.

Plusieurs ténors de droite ont aussi affiché leur soutien, tel le député UMP Henri Guaino, qui a appelé les manifestants à «censurer» le gouvernement «dans la rue». Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a aussi invité les militants de son parti à manifester «en masse». Selon lui, le gouvernement «méprise» les quelque «700 000 citoyens» qui «ont signé une pétition pour saisir le Conseil économique, social et environnemental», jugée fin février irrecevable sur le fond.

(L'essentiel Online/AFP)