France

18 octobre 2021 22:15; Act: 19.10.2021 08:52 Print

Des profs menacés avec une photo de Samuel Paty

Un couple d’enseignants a reçu plusieurs courriers contenant des menaces de mort ainsi qu’une photo de l’enseignant décapité il y a un an.

storybild

Les hommages à Samuel Paty, un an après sa mort. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un couple d’enseignants de l’académie d’Aix-Marseille a été menacé de mort par courriers, l’un d’eux contenant une photo de Samuel Paty, professeur décapité il y a un an en région parisienne, a-t-on appris lundi, de source policière. «Au cours du mois de septembre, un couple d’enseignants recevait par courrier une photo de Samuel Paty, puis une lettre de menaces de mort», confirme dans un communiqué, la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens, en annonçant l’ouverture d’une enquête.

Ces faits ont été portés à la connaissance de la police et «l’affaire est suivie par la division sud de la Direction départementale de la sécurité publique», poursuit-elle. Le 16 octobre, un an jour pour jour, après l’assassinat de Samuel Paty, le couple d’enseignants a reçu un nouveau courrier de menaces de mort, précise le parquet de Marseille.

Le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, a publié un message de soutien sur Twitter. Tout comme le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Dispositif de sécurité

«L’enquête est en cours et à ce stade aucun élément ne permet de relier ces faits à un cours donné par l’un des enseignants», précise la procureure. Elle souligne que rien ne permet même pour l’heure de dire que ce couple a été visé spécifiquement en tant qu’enseignants. Un dispositif de mise en sécurité a été mis en place par les services de police, précise le parquet.

Le couple «a été immédiatement pris en charge par le service des relations et des ressources humaines de l’académie d’Aix-Marseille. Ce dernier a accompagné les enseignants dans la recherche de solutions leur permettant de les protéger au mieux», a précisé de son côté l’académie dans un communiqué.

Elle ajoute que le recteur, Bernard Beignier, et le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, condamnent «avec la plus grande fermeté ces menaces et assure les enseignants, de son soutien plein et entier. Aucune menace ou agression, physique ou verbale, à leur encontre ne peut être tolérée», insiste l’académie.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lorrain le 19.10.2021 06:39 Report dénoncer ce commentaire

    Le respect ne fait plus partie de l'éducation dans de nombreuses familles en France. Il est temps d'agir. Éducation, fermeté, justice pénale. L'aide sociale est tellement élevée, les conditions de vie ne justifient pas les dérives actuelles. Stop à la victimisation.

  • mémoire le 19.10.2021 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Perso, j'obligerais son portrait dans toute les écoles.

  • Clement le 19.10.2021 06:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bienvenu en France

Les derniers commentaires

  • mémoire le 19.10.2021 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    Perso, j'obligerais son portrait dans toute les écoles.

  • Clement le 19.10.2021 06:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bienvenu en France

  • Lorrain le 19.10.2021 06:39 Report dénoncer ce commentaire

    Le respect ne fait plus partie de l'éducation dans de nombreuses familles en France. Il est temps d'agir. Éducation, fermeté, justice pénale. L'aide sociale est tellement élevée, les conditions de vie ne justifient pas les dérives actuelles. Stop à la victimisation.

  • Grand Maître le 19.10.2021 06:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'état français ne réagit pas! Délinquance dans chaque ville et aucune sanction. Dealers qui s'implantent en toute impunité. Et après on s'étonne que zemmour monte dans les sondages.

  • vdv le 19.10.2021 04:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est la France, plus rien ne marche, qui va respecter ce gouvernement de incapables et tous concernés par les affaires en justice.