En France

25 avril 2019 17:29; Act: 25.04.2019 17:58 Print

Des vents de 90 km/h feraient plier Notre-​​Dame

La cathédrale Notre-Dame de Paris pouvait résister à des vents violents jusqu'à 222 km/h. Depuis l'incendie, un expert dit qu'un effondrement est possible dès 90 km/h.

storybild

Un expert n'a pas exclu qu'«une violente tempête puisse, en l'état actuel, entraîner l'effondrement» de la rangée supérieure des murs de la nef ornée de vitraux. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«On a mesuré une diminution de 60% de la résistance au vent. La structure a changé. Une partie de cette structure n'existe plus, la toiture a disparu, ainsi qu'une partie de la voûte. Cet effondrement d'une partie de la voûte a causé les dommages les plus importants» pour l'équilibre du bâtiment gothique, a souligné à l'AFP le professeur Paolo Vannucci, spécialiste de mécanique et bon connaisseur du bâtiment. Il explique avoir utilisé un modèle numérique pour procéder à des simulations.

L'ingénieur, qui avait réalisé en 2016 un rapport sur les risques d'incendie à Notre-Dame, calcule dans le magazine spécialisé Batiactu qu'avant l'incendie, «la vitesse des vents critiques que pouvait supporter la cathédrale était de 222 km/heure» et qu'elle «n'est plus que de 90 km/heure aujourd'hui». Il n'a pas exclu qu'«une violente tempête puisse, en l'état actuel, entraîner l'effondrement d'une partie du clair-étage», c'est-à-dire la rangée supérieure des murs de la nef ornée de vitraux.

Hautes températures et dommages

Il s'agit de simples hypothèses tant que les données précises ne sont pas précisément connues sur l'état de la structure. «Notre-Dame a réellement perdu de sa capacité de résistance. Les voûtes ont été exposées à des hautes températures, et les pierres et mortiers ont subi des dommages», ce qui fait que «la résistance en compression a été amoindrie», affirme cet expert.

La fragilisation du monument doit être évaluée sous toutes les coutures par les experts avant tous travaux. Le feu et l'eau ont eu des effets fragilisants et corrosifs qui peuvent perdurer ou se manifester à long terme. Une des priorités absolues est la mise hors d'eau et le séchage. Le bâchage intérieur et extérieur a débuté mardi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.