Attaque près de Lyon

01 septembre 2019 16:31; Act: 02.09.2019 13:21 Print

Des «voix» ont donné au suspect «l'ordre de tuer»

L'assaillant de Villeurbanne, un Afghan âgé d'une trentaine d'années, a reconnu «partiellement les faits» tout en tenant des propos «incohérents et confus».

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'assaillant de Villeurbanne, un Afghan âgé d'une trentaine d'années, a reconnu «partiellement les faits» tout en tenant des propos «incohérents et confus» disant notamment avoir entendu des voix «lui donnant l'ordre de tuer», indique dimanche le procureur de la République de Lyon. Bénéficiant d'une carte de séjour temporaire en France, il avait consommé une importante quantité de cannabis avant l'agression de samedi au cours de laquelle un Savoyard de 19 ans a été tué et huit personnes ont été blessées, a encore précisé Nicolas Jacquet lors d'une déclaration à la presse.

Dimanche après-midi, le pronostic vital de trois des victimes qui étaient entre la vie et la mort n'était plus engagé, a-t-il annoncé. «En raison de la personnalité du mis en cause et en l'absence d'éléments permettant de rattacher directement son passage à l'acte à une entreprise terroriste», le parquet national antiterroriste (PNAT) n'est pas saisi «à ce stade», a indiqué le procureur de Lyon. Lors de son audition, le suspect «indiquait être musulman et avoir entendu dans l'après-midi des voix insulter Dieu et lui donnant l'ordre de tuer», a-t-il encore déclaré.

Deux identités et trois dates de naissances

«Il pensait également avoir reconnu dans sa première victime un individu avec lequel il était en contentieux lors de son passage en Angleterre, il y a quelques années. Disant avoir agi par vengeance, ses propos demeuraient incohérents et confus», a ajouté M. Jacquet. Une première évaluation psychiatrique a été réalisée lors de sa garde à vue. Celle-ci a révélé «un état psychotique envahissant avec délires paranoïdes à thématiques multiples dont celles du mysticisme et de la religion», a détaillé le procureur.

Sur son parcours, l'homme est connu sous «deux identités avec trois dates de naissance», indiquant qu'il aurait 33, 31 ou 27 ans. Il est entré une première fois en France, mineur, puis de nouveau en juin 2016. Il disposait d'une carte de séjour temporaire, valable jusqu'à janvier 2020.

(L'essentiel/afp)