À Paris

01 octobre 2020 12:42; Act: 01.10.2020 12:48 Print

Deux femmes massacrées dans un appartement

Deux femmes ont été tuées dans un appartement parisien, mercredi soir. L'auteur présumé souffre de troubles psychiatriques.

Sur ce sujet
Une faute?

L'homme soupçonné d'avoir tué deux femmes, mercredi soir, dans un appartement à Paris, a été transféré dans la nuit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, a-t-on appris jeudi, auprès du parquet de Paris, et de sources proches du dossier.

Jeudi soir, un voisin situé au premier étage d'un immeuble du quartier de Belleville (XXe), dans l'est de la capitale, a alerté la police «après avoir entendu des cris» dans un logement à l'étage supérieur. À leur arrivée, les policiers ont découvert un homme âgé d'une trentaine d'années, «totalement dénudé, couvert de sang» et poussant des cris, selon une première source proche du dossier.

«Un pied de table enfoncé dans le crâne»

Dans le salon, une femme est étendue au sol, «le visage et le cou tuméfiés», en arrêt cardiorespiratoire, selon une seconde source proche du dossier. Une seconde femme, également en arrêt cardiorespiratoire, est retrouvée avec «un pied de table enfoncé dans le crâne», selon cette même source.

Prises en charge par les sapeurs-pompiers, les deux victimes n'ont pu être ranimées. Le suspect avait été immédiatement interpellé et placé en garde à vue. Selon les premiers éléments de l'enquête, le double meurtre aurait pour origine un différend familial. L'enquête pour «homicides volontaires» a été confiée au 2e district de la police judiciaire parisienne (2e DPJ).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • troublion le 01.10.2020 14:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Certain qu’on le retrouvera dehors dans quelques temps...

  • Jm le 01.10.2020 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on se demande si le moyen age c'était pas mieux qu'aujourd'hui au final...

  • Alain Rak le 01.10.2020 16:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut rétablir la peine de mort pour certains crimes et la prison pour 50 ans incompressible..

Les derniers commentaires

  • LoopingLU le 02.10.2020 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    Si problèmes psychiatriques , il ne sera pas jugé. Juste interné. C'est tout simple. C'est ça la justice.

  • toto le 02.10.2020 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une balle dans la tête fini

  • toto le 02.10.2020 07:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas besoin de soin , il recommencera comme toujours , si cela devait arriver à ma fille , je m en charge perso pas besoin d une justice à dormir. coute de l argent pour les gens détraqués, cela me révolte pauvre famille, des commandos comme les russes, et usa, nous arriverons à sa tueurs à gages.

  • Jean II le 02.10.2020 06:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sûrement un pauvre garçon qui a eu une enfance difficile . Un an d'hôpital et dehors .....

  • Merci d'arréter de relayer l'AFP le 01.10.2020 18:05 Report dénoncer ce commentaire

    Encore de la propagande AFP en action pour noyer le poisson. Cela n'aide pas à prendre des mesures pour éviter cela et à accélérer les expulsions, à défaut d'appeler un chat un chat. Petite indication : "D’après une source policière, les forces de l’ordre ont entendu le suspect, un individu de type Nord africain, réciter des prières en arabe. Il est connu des services psychiatriques."