Affaire Benalla

08 avril 2019 19:26; Act: 09.04.2019 17:25 Print

Deux nouvelles enquêtes ouvertes par le parquet

Le parquet de Paris a ouvert ce lundi deux nouvelles enquêtes préliminaires dans l'affaire Benalla, notamment pour faux témoignages.

storybild

Le faux témoignage est passible de cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'enquête pour «faux témoignages» a été lancée en raison de suspicions visant l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, l'ancien employé de LREM, Vincent Crase, et le directeur de cabinet du président, Patrick Strzoda.

C'est ce dernier qui avait autorisé Alexandre Benalla à accompagner la police à la manifestation du 1er mai, lors de laquelle il est accusé, avec M. Crase, d'avoir brutalisé des manifestants à Paris. Ces faits, révélés le 18 juillet par Le Monde, ont constitué le point de départ d'une affaire à rebondissements qui empoisonne l'exécutif depuis l'été et qui a conduit le Sénat à créer une commission d'enquête parlementaire.

Des «incohérences» relevées

La seconde enquête, confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), a été ouverte, car M. Benalla est soupçonné d'avoir manqué à ses obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, a précisé le parquet dans son communiqué.

Dans son signalement, le bureau de la Haute Assemblée avait aussi relevé des «incohérences» et «contradictions» dans des déclarations faites par M. Strzoda et deux autres collaborateurs du chef de l’État: son bras droit, le secrétaire général de l'Élysée Alexis Kohler, et le général Lionel Lavergne, chef du groupe de sécurité de la présidence.

Le signalement du Sénat a été vécu comme une déclaration de guerre par le gouvernement et dans les rangs du parti présidentiel, qui a dénoncé un «procès politique». Le faux témoignage est passible de cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende. L'enquête sur ce volet a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ladeux le 08.04.2019 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela va trainer en longueur.... et ne jamais finir

Les derniers commentaires

  • ladeux le 08.04.2019 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cela va trainer en longueur.... et ne jamais finir