En France

14 mai 2019 14:46; Act: 14.05.2019 15:33 Print

Deux photos sur Snapchat, puis l'horreur

Une étudiante «sans histoires», âgée de 23 ans, a été retrouvée morte, pieds et poings liés dans le coffre de sa voiture, dimanche, près de Paris.

Sur ce sujet
Une faute?

Le corps d'une jeune femme de 23 ans a été découvert dimanche à Valenton (région parisienne), dans le coffre de sa voiture. Sandra, qui n'avait plus donné signe de vie depuis jeudi, a été retrouvée pieds et poings liés. Pour la famille de la victime, c'est un terrible dénouement après quatre jours d'angoisse, écrit Le Parisien.

Jeudi vers 12h30, la meilleure copine de Sandra reçoit deux photos d'elle via Snapchat. Sur ces clichés, on distingue deux monuments se trouvant dans un village de la région: une statue et une église. Sur le retour, Sandra informe sa sœur qu'elle circule sur l'autoroute A6. Et puis plus rien. Dès jeudi soir, la famille de l'étudiante alerte les autorités, qui lancent le lendemain un signalement pour disparition inquiétante. À l'aide d'une application payante, une amie de Sandra dit avoir pu localiser son téléphone éteint près de Noisy-le-Grand. La police, elle, localise l'appareil à Quincy-sous-Sénart, un peu plus au sud.

«J'ai vu une main, un bras, puis des chaussures»

Pensant à un accident de la route, les amies de la jeune femme remuent ciel et terre dans la région. En vain. C'est finalement Amina qui tombe, par hasard, sur la Peugeot 206 de Sandra, dimanche en fin de journée. Toute la soirée, les proches de la disparue font les cent pas autour de la voiture, en attendant de pouvoir enfin l'ouvrir. En regardant dans l'habitacle, certains pensent apercevoir un cadavre: «J'ai vu une main, un bras, puis des chaussures», raconte Soumima, une amie. Vers 23h, les autorités ouvrent le véhicule et le pire est confirmé.

Qu'est-il arrivé à Sandra, cette jeune femme réputée «sérieuse» qui vivait avec sa mère et sa petite sœur dans un immeuble de Créteil? Ses proches décrivent la victime comme une fille «sans histoires», qui sortait de temps en temps avec son groupe de copines, mais qui n'avait pas de petit ami. «On nous disait: "Trouvez-vous des copains, vous êtes toujours ensemble!"», témoigne Amina, qui ne croit pas une liaison cachée qui aurait pu mal tourner: «On se disait tout. Je ne crois pas au secret». Étudiante en master de management des PME, Sandra venait de commencer un stage chez Franprix.

(L'essentiel/joc)