Fonctionnaires en France

26 octobre 2021 18:04; Act: 26.10.2021 18:18 Print

Dix mille euros de bonus, ils n'en veulent pas!

Les fonctionnaires français boudent la banlieue nord de Paris, département le plus pauvre du pays à la forte délinquance. Et ce malgré une prime de fidélisation instaurée en octobre 2020.

storybild

Policiers, profs, greffiers ou encore personnel de santé hésitent à aller travailler en Seine-Saint-Denis, au nord de Paris, malgré une incitation de l’État sous forme de prime de fidélisation. (photo: Photo d’illustration/AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Travailleriez-vous en Seine-Saint-Denis pour 10 000 euros de prime? Instauré il y a un an pour fidéliser les fonctionnaires qui boudent le département le plus pauvre de France, ce bonus s’avère attrayant mais insuffisant, estiment des agents. «Je veux que demain les fonctionnaires et les agents viennent faire carrière en Seine-Saint-Denis», avait dit le Premier ministre Jean Castex fin septembre dans le département francilien pour marquer les deux ans du plan «Un État fort en Seine-Saint-Denis».

Une des mesures phares est la mise en place depuis octobre 2020 d’une prime de fidélisation de 10 000 euros pour les fonctionnaires et contractuels s’ils y exercent cinq ans. Éducation, justice, police, santé: la Seine-Saint-Denis reste sous-dotée comparée aux autres départements. Un rapport parlementaire de 2019 avait mis en lumière une série d’inégalités, notamment parce que les fonctionnaires y sont moins nombreux et moins expérimentés qu’ailleurs.

«Cette prime crée un attrait», constate Erwan Guermeur, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police 93. Lors des dernières mutations, «on observe que les collègues du Val-d’Oise ou des Hauts-de-Seine vont faire le choix de la Seine-Saint-Denis». Mais, «il est trop tôt pour faire un bilan», met-il en garde.

Un environnement où la violence est exacerbée

Selon le rapport de 2019, des communes comme Bondy et Stains avaient moins d’un policier pour 400 habitants, alors que le XVIIIe arrondissement de Paris, moins frappé par la délinquance, bénéficiait d’un policier pour 315 habitants. Globalement, «les jeunes collègues choisissent le 93 car c’est là où ça se passe», explique Erwan Guermeur. Sauf que «le pouvoir d’achat n’est pas le même que celui de nos collègues de province et on travaille dans un environnement où la violence est exacerbée», alors «on doit se faire payer plus qu’ailleurs», réclame-t-il.

«On se croit dans un magasin avec une carte de fidélité! Entre un burn-out et 10’000 euros, les calculs sont vite faits», peste Cyril Papon, greffier au tribunal de Bobigny et secrétaire général de la CGT des chancelleries et services judiciaires. «10 000 euros sur cinq ans, c’est 166.66 euros brut par mois. Ce qu’on gagne, on le perd en coût et qualité de vie et c’est sans compter la charge de travail, avec des comparutions immédiates qui peuvent se terminer à 2 h du matin», détaille-t-il.

Le système est surtout attractif pour les Franciliens. «En sortie d’école, la juridiction de Bobigny est choisie en dernier. Avec cette prime, elle sera préférée à Créteil ou Versailles», analyse Cyril Papon. Mais pour fidéliser les greffiers, il faudrait «un avancement d’échelon plus rapide», dit-il.

Salaire de 1 950 euros nets

En Seine-Saint-Denis, un élève perd en moyenne un an sur l’ensemble de sa scolarité en raison de la difficulté à remplacer les professeurs absents et près de la moitié des enseignants du secondaire restent moins de deux ans dans leur établissement, selon le rapport.

Y travailler est «presque un choix militant», confie Antoine, professeur d’arts plastiques dans un collège au Blanc-Mesnil, lui-même «sûr» de rester au moins cinq ans. «Cette prime est un plus, on ne va pas cracher dessus mais ce n’est pas aussi solide qu’une revalorisation des salaires», souligne l’enseignant de 25 ans dont la rémunération s’élève à 1950 euros nets.

Enseigner, oui, mais pas que

Selon lui, les professeurs ne sont «pas assez préparés» à enseigner sur un territoire pauvre «où on fait plus qu’enseigner»: «On nous jette dans le bain sans savoir mener une classe, certains subissent leur classe et finissent par abandonner.»

Pour le député François Cornut-Gentille, coauteur du rapport accablant de 2019, la prime est un «effort significatif mais pas une mesure miracle»: «Il faut faire de la Seine-Saint-Denis un laboratoire des nouveaux modes d’action de l’État en matière de police, justice et éducation, l’argent ne suffit pas.»

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 100 k c’est mieux le 26.10.2021 18:27 Report dénoncer ce commentaire

    10 k ça paye même pas un enterrement..

  • NoComent le 27.10.2021 08:42 Report dénoncer ce commentaire

    Ce département est une zone de guerre, au lieu de proposer des primes ils feraient mieux d'envoyer l'armée ! Mais non, on laisse une poignée de délinquants faire la loi, on demande aux forces de l'ordre de se laisser caillasser, voire agresser, ou de ne pas bouger lors des rodéos sauvages "parce que ça pourrait créer des accidents". Ce gouvernement ressemble à un parent dépassé qui a trop peur de son cancre de fils pour le punir

  • NialaV le 26.10.2021 21:21 Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont toujours en train de soigner les symptômes, jamais la maladie. Triste cette politique de l’autruche.

Les derniers commentaires

  • admissible? le 27.10.2021 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Donc ils refusent de faire leur job, même avec un bonus? Et après on se demande pourquoi on a un sérieux problème d'insécurité chez nous? Mais la réponse est simple : faut revoir clairement le recrutement et les méthode de travail. C'est bien beau de faire les malin derrière un radar, de faire la leçon. Mais pour defendre la population, se frotter aux vrais délinquants, etc... y a plus personne.

  • décallage le 27.10.2021 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    Oh, comment ca, ils ne veulent pas vivre en enfer pour un Boni de 10k. Ca montre à quel point les politicons sont décallés par rapport au peuple, ils ne comprennent même pas le problème.. simplement incompétants...

  • Tonio le 27.10.2021 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Zemour à raison:" Le 9.3 c'est la version Kosovo en Métropole. Le problème c'est il y a des milliers de Kosovo en France. " Ce gouvernement sort le chéquier pour avoir la pais. Pour paraphraser W Churchill : " ils ont accepté le déshonneur pour éviter la guerre, ils auront le déshonneur et la guerre. "

  • veritis le 27.10.2021 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il y a une solution tellement plus simple: renvois des gens avec casier chez eux dans leurs pays respectifs. tous ceux sui ne bossent pas et perçoivent des aides depuis des lustres..... fini! cela va vider le coin rapidement. apres? bein suffit de raser et construire des logements dignes de ce nom.

  • Thierry le 27.10.2021 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Certains quartiers au nord de Paris ne sont pas sous les lois de la république, c'est clair, ce n'est pas des zones de guerre non plus. Ces quartiers sont remplis de petits délinquants agressifs. Pour les gros délinquants il faut allez au centre de Paris, mais là ils sont protégés par la police.