En France

25 juillet 2021 15:50; Act: 25.07.2021 17:21 Print

Elle aurait été tuée par son compagnon

Le procureur en charge du dossier a indiqué que la quinquagénaire retrouvée morte vendredi soir avait été probablement victime d’un féminicide.

storybild

Étienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La femme retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi soir dans le Doubs a «très probablement» été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d’un gendarme après s’être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

La victime, âgée de 54 ans et mère de deux filles majeures, présentait des «coups multiples» au niveau de la tête qui était «violacée», a indiqué Étienne Manteaux. Son compagnon, 39 ans, blessé au thorax par le tir d’un gendarme, a confié à un pompier avant de s’écrouler qu’il avait «tabassé» sa conjointe car elle l’avait «trompé», a poursuivi le procureur. «Nous sommes très probablement en face d’un féminicide», a-t-il ajouté. L’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a par ailleurs été saisie.

Éléments concordants

La garde à vue du gendarme auteur du tir a été levée, selon Étienne Manteaux, qui évoque de premiers «éléments concordants» permettant d’envisager un tir «de légitime défense», le forcené ayant déployé une grande violence face aux forces de l’ordre. Les faits remontent à vendredi soir, dans le village de Guillon-les-Bains, près de Besançon. Le corps de la quinquagénaire avait été retrouvé par des gendarmes dans le coffre de sa voiture, visiblement endommagée et stationnée au bord d’une route sur les hauteurs du village.

Les militaires avaient été appelés pour maîtriser son conjoint qui, extrêmement excité, semait notamment la panique dans une fête du village, en contrebas. Alertés par une personne frappée au visage avec une pierre, les pompiers ont aussi fait les frais de sa «rage»: il a frappé l’un d’eux et poursuivi en courant les soldats du feu qui rebroussaient chemin dans leur camion, selon Étienne Manteaux. Lors de la fête, les villageois munis «de pelles» et de «balais» ont réussi à le mettre en fuite, a précisé le procureur.

Un forcené

Sur les hauteurs du village, il a voulu s’emparer d’un camion de pompiers, avant de partir dans la forêt et d’en revenir armé de pierres. C’est là, après les sommations d’usage, qu’un gendarme lui a tiré dessus «à une reprise», sans savoir s’il l’avait touché en raison de l’obscurité, selon Étienne Manteaux. Le forcené a encore tenté de prendre un véhicule de gendarmerie, avant qu’une élève-gendarme n’utilise son taser pour l’arrêter. Enfin maîtrisé, il a confié à un pompier le meurtre de sa conjointe. Hospitalisé, il est décédé quelques heures plus tard à l’hôpital.

Le parquet de Besançon n’avait reçu aucun signalement pour violences conjugales concernant ce couple, domicilié dans les environs. Toutefois, l’une des filles de la victime dit avoir déjà assisté à une «scène de violence» du conjoint sur la quinquagénaire, selon Étienne Manteaux. Le suspect, chaudronnier de profession, avait deux mentions à son casier, pour vol et conduite en état alcoolique, avait indiqué samedi le parquet de Besançon. Le couple s’était semble-t-il formé il y a «quelques mois» mais ils se connaissaient depuis plus longtemps, a expliqué le procureur. Les autopsies auront lieu en début de semaine.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lesly le 26.07.2021 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la France, vous déposez x plaintes pour violences, tout est classé. L’agresseur finit au bout de x plaintes a être convoqué au tribunal pour violences , il s’en sort avec une relax… et on s’étonne qu’il y’a des feminicides ! Si la justice ferait son travail correctement et investiguerait au dépôt de plaintes bcp de femmes seraient encore en vie de nos jours

  • plus que marre le 25.07.2021 16:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    combien.de femmes sont déjà tuées en France cette année?lamentable

  • La paix c'est mieux. le 25.07.2021 21:30 Report dénoncer ce commentaire

    Les femmes infidèles ne méritent pas d'être tabassés et tuées, elles méritent tout simplement d'être ignorées. Frapper ce n'est pas bien. Tuer, encore moins. Puis, être infidèle c'est aussi une maladie très grave.

Les derniers commentaires

  • le moderateur le 07.09.2021 04:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réfléchissez un peu si elle l’a trompé c’est qu’ils n’était pas à la hauteur à tous les niveaux gentillesse échange verbal et …. Mais bon c’est triste d’en arriver là tuer il faut être ravagé pour le faire

  • lesly le 26.07.2021 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la France, vous déposez x plaintes pour violences, tout est classé. L’agresseur finit au bout de x plaintes a être convoqué au tribunal pour violences , il s’en sort avec une relax… et on s’étonne qu’il y’a des feminicides ! Si la justice ferait son travail correctement et investiguerait au dépôt de plaintes bcp de femmes seraient encore en vie de nos jours

  • La paix c'est mieux. le 25.07.2021 21:30 Report dénoncer ce commentaire

    Les femmes infidèles ne méritent pas d'être tabassés et tuées, elles méritent tout simplement d'être ignorées. Frapper ce n'est pas bien. Tuer, encore moins. Puis, être infidèle c'est aussi une maladie très grave.

  • resitance 57 le 25.07.2021 16:41 Report dénoncer ce commentaire

    de tout temps ceci c est appele un crime passionnel pourquoi ce nouveau nom

  • plus que marre le 25.07.2021 16:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    combien.de femmes sont déjà tuées en France cette année?lamentable